Politique

RDC : plusieurs militants de la Lucha arrêtés à Goma

Plusieurs membres de la coordination de la Lucha ont été arrêtés mercredi à Goma alors qu’ils manifestaient pour la libération des activistes détenus à Kinshasa et le respect des libertés publiques.

Par
Mis à jour le 9 avril 2015 à 09:51

Une manifestation de Lucha, le 17 mars à Goma. © G.Mathys/Lucha RDC

Les arrestations de militants congolais pro-démocraties se poursuivent en RDC. Trois membres de la coordination de la Lucha (Lutte pour le changement) sont détenus depuis mercredi 8 avril à Goma, dans l’est de la RDC.

Sur Twitter, la Lucha a donné les noms de trois des personnes arrêtées – Trésor Akili, Vincent Kasereka et Gentil Mulume – et dénoncé mercredi matin l’arrestation d’un cinquième membre du mouvement, Pascal Byumanine, qui selon elle apportait de la nourriture aux détenus.

Pascal Byumanine, qu’un journaliste de l’AFP avait pu voir dans la matinée dans un commissariat de Goma (retenu au poste pour les besoins de l’enquête, selon la police), a finalement recouvré sa liberté dans l’après-midi, selon la Lucha.

>> Lire aussi : Y’en a marre, Balai citoyen, Filimbi… : l’essor des sentinelles de la démocratie

Les activistes participaient à l’action ‘Coup de sifflet’ pour la libération des activistes détenus à Kinshasa et le respect des libertés publiques.

"Nous avons appréhendé les jeunes gens en train de distribuer des tracts sur la voie publique mardi soir", a-t-on confirmé de source policière dans la capitale de la province du Nord-Kivu, ajoutant : "Nous les gardons au cachot parce qu’ils troublaient l’ordre public."

"Le moment venu, nous allons les transférer à des instances compétentes, a-t-on indiqué de même source."

Près de trois semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congolais pro-démocratie sont toujours détenus – hors procédure judiciaire – par les services de renseignement à Kinshasa.

>> Lire aussi : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

La Lucha a appelé le 1er avril la population congolaise à siffler ou à faire du bruit tous les soirs pendant cinq minutes à 17h00 GMT pour obtenir la libération de Fred Bauma et ses compagnons (au moins deux autres personnes) détenus par l’Agence nationale de renseignement depuis leur arrestation le 15 mars.

(Avec AFP)