Politique

Tunisie : le festival « Jazz à Carthage », la culture à cor et à cri

Par - Marlene Panara
Mis à jour le 9 avril 2015 à 17:13

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien « Jazz à Carthage » débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui ont cédé à la peur suscitée par l’attentat du Bardo du 18 mars dernier.

"Bonne nouvelle : le festival sera maintenu et se déroulera du 10 au 19 avril au Palais des Congrès comme prévu". C’est par ce tweet du 2 avril que le comité d’organisation du festival a tenu à rassurer son public. En effet, l’évènement, qui prépare cette année sa 10e édition, se déroulera bien à Tunis (et non à Carthage par souci d’infrastructures) mais sans ses têtes d’affiches américaines, dont les shows étaient prévus les 8 et 9 avril. Jon Scofield, Jon Cleary, Stanley Clarke et Gregory Porter ne seront donc pas de la partie, qui promet pourtant d’être exceptionnelle, avec la venue annoncée de pas moins de 10 000 spectateurs.

La crainte de ces artistes à venir en Tunisie suscite l’incompréhension chez le directeur du Festival, Mourad Mathari : "Malgré les attentats, la vie est normale ici, assure-t-il. D’autres évènements culturels importants se sont même maintenus juste après la tragédie". Déterminé à ce que l’évènement ne souffre pas de ce faux bond, l’organisation a préféré débuter les festivités le 10 avril, soit deux jours après la date initialement prévue. "Nous n’avons voulu ni prendre de risques, ni laisser place à l’improvisation", explique-t-il.

>> Lire aussi : Tunisie : génération électro, reportage au coeur d’une révolution musicale

"Qualité, sécurité, et des moments intenses"

Au total, vingt artistes ont tout de même maintenu leur participation, animés par l’envie de soutenir coûte que coûte la vie culturelle tunisienne. Les organisateurs ont également eu l’aide des autorités, en particulier celle de l’Ambassade de France, partenaire de l’évènement. "Nous avons eu beaucoup de promesses des hautes instances, mais l’ambassade de France a été un véritable appui".

Scoop Organisation qui perd malgré tout ses têtes d’affiches, tente de rassurer les festivaliers. Dans un communiqué paru sur la page Facebook de l’évènement, les organisateurs garantissent "qualité, sécurité, et des moments intenses de musicalité et d’émotions". Une communication payante puisque la soirée du 10 avril affiche déjà complet, avec la chanteuse Irma et l’artiste maison Yacine Boulares aux commandes. Un peu revanchard, Mourad Mathari commente cette programmation 2015 sans Américains : "C’est encore mieux de commencer avec un Tunisien !".