Politique

Burkina Faso : le nouveau code électoral promulgué, le camp Compaoré vent debout

Le CDP est le parti de Blaise Compaoré, renversé par une insurrection le 31 octobre dernier. © Francois Mori/AP/SIPA

Le chef de l'Etat burkinabè Michel Kafando a promulgué vendredi un nouveau code électoral controversé, excluant de la présidentielle et des législatives d'octobre les partisans du président déchu Blaise Compaoré, qui ont annoncé entrer en résistance.

Les élections d’octobre sont cruciales pour ce pays pauvre du Sahel: elles doivent permettre de le doter de NOUVEAUX dirigeants à l’issue d’une transition démocratique d’un an, mise en place dans la foulée de la chute de Blaise Compaoré en octobre 2014 après 27 ans de règne.

Est promulguée (…) la loi portant code électoral, indique un communiqué officiel lu par une présentatrice de la Radio télévision burkinabè.

Les députés du Conseil national de transition (CNT), l’assemblée intérimaire, ont voté mardi soir dans l’euphorie ce nouveau code électoral rendant inéligibles les personnes ayant soutenu un changement inconstitutionnel portant atteinte au principe de l’alternance politique.

Cela fait référence à la tentative de révision de la Constitution de la fin octobre 2014, destinée à permettre à Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir, et qui avait finalement causé sa chute à l’issue d’une insurrection populaire.

Nous ne nous attendions aucunement à une quelconque difficulté pour la promulgation de cette loi adoptée par 75 voix pour, 10 contre et 3 abstentions, a réagi l’avocat Guy-Hervé Kam, le porte-parole du Balai citoyen, un mouvement à la pointe des manifestations anti-Compaoré.

Mercredi, le gouvernement avait salué l’adoption de la loi.

Maintenant que c’est fait, que ceux qui ne sont pas d’accord saisissent le Conseil constitutionnel, a dit à l’AFP Me Kam.

Le camp Compaoré, très minoritaire au CNT, avait voté contre le nouveau code électoral. L’ex-majorité a dit entrer en résistance contre le gouvernement et dénoncé une conduite partisane du processus électoral.

Elle a accusé le pouvoir de mener le pays à la dérive et d’exposer les Burkinabè à des fractures irréversibles, dans un communiqué SIGNÉ par sept partis, qui ont également annoncé la suspension de leur participation à la Commission vérité et réconciliation.

Puisque ce ne sont pas les partis politiques qui sont suspendus mais des individus, ils peuvent s’organiser pour avoir des candidats aux différents scrutins, a répondu Clément Sawadogo, secrétaire général du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), une formation fondée par des dissidents du camp Compaoré près d’un an avant la chute de l’ex-président.

Les pro-Compaoré dénoncent en outre la politique aux relents oppressifs et répressifs menée, selon eux, par l’exécutif.

Une dizaine de proches de l’ex-président, dont trois anciens ministres et un ancien Premier ministre, ont été interpellés depuis le début de la semaine, principalement pour malversations.

Plusieurs partisans de Djibrill Bassolé, l’ex-chef de la diplomatie de M. Compaoré, ont également été interpellés.

Cet ancien ministre, considéré comme l’un des favoris de la présidentielle d’octobre, a dénoncé jeudi des manoeuvres et autres artifices juridiques et politiques pour favoriser l’ancienne opposition au président Compaoré.

Ancien leader de l’opposition, Zéphirin Diabré, chef du parti Union pour le progrès et le changement (UPC), s’est réjoui de la lutte contre la malgouvernance, l’enrichissement illicite étant selon lui le sport favori des anciennes élites.

Il a toutefois mis en garde contre l’impression d’une justice des vainqueurs donnée par ces interpellations, qui ne touchent que l’ex-majorité.

Pour être crédible, l’opération +mains PROPRES+, que viennent de lancer courageusement nos autorités, doit éviter d’être sélective, a-t-il averti.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte