BTP & Infrastructures

Bolloré va investir 1 milliard d’euros dans la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey

| Par Jeune Afrique
De g à d : Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne Cotonou-Niamey, le mardi 9 avril 2014.

De g à d : Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne Cotonou-Niamey, le mardi 9 avril 2014. © Charles Placide/Reuters

Le groupe français Bolloré va investir environ 1 milliard d’euros dans la réalisation de la ligne de chemin de fer reliant Niamey, la capitale du Niger, au port de Cotonou (Bénin) a indiqué l’agence « Reuters ».

Le Bénin et le Niger ont signé le mardi 07 mars un accord fixant les termes de la construction et de l’exploitation d’un chemin de fer reliant Niamey au port de Cotonou, et dont la livraison est prévue vers le milieu de l’année 2016, rapporte l’agence Reuters.

L’accord prévoit un financement exclusif du projet par le groupe francais Bolloré, à hauteur de 1,07 milliard d’euros. « Nous avons créé les conditions pour garantir l’harmonie, la diligence et l’efficacité de ce projet historique et ambitieux », a déclaré le ministre nigérien de l’Aménagement du territoire Amadou Boubacar Cissé.

Le groupe français Bolloré détiendra 40 % des parts BENI Rail, l’opérateur en charge de cette ligne de chemin de fer. Le Niger et le Bénin en détiendront chacun 10 %, le reliquat revenant à des investisseurs privés originaires de ces deux pays.

« Ce contrat est une garantie que le chemin de fer sera achevé, et une garantie que nous le financerons », a déclaré Vincent Bolloré, président du groupe Bolloré, à la télévision publique nigérienne.

Les travaux de cette ligne de chemin de fer ont démarré en avril 2014 sur une première jonction de 574 km qui relie Niamey, la capital du Niger, à la ville de Parakou, située à l’est du Bénin. Le reste du tronçon, qui consiste en une ligne ferroviaire reliant Parakou à Cotonou, la capitale du Bénin, existe déjà. Il sera renové dans le cadre de ce projet.

La ligne transportera surtout du fret. Les passagers ne devraient représenter qu’un cinquième de l’activité.

Lors de l’inauguration d’une zone commerciale jouxtant la gare ferroviaire de Niamey, mardi, le président Mahamadou Issoufou a expliqué que le groupe Bolloré pourrait se voir accorder une concession dans les prochaines semaines, pour construire un chemin de fer entre le Niger et Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Cette voie ferrée devrait s’intégrer dans la future boucle ferroviaire de 2800 km qui reliera la Cote d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.

Contacté par Jeune Afrique au sujet des modalités de l’accord conclu le 07 mars, Bolloré n’a pas pour l’instant répondu à nos questions.

(Avec Reuters)

Lire aussi :

Bolloré : comment fait-il pour toujours l’emporter ?

Infrastructures : dix projets qui ont marqué 2014

La Chine et l’Union africaine veulent relier les métropoles du continent

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte