Capital-investissement

Abraaj lève 990 millions de dollars pour investir en Afrique subsaharienne

Frédéric Sicre et Jacob Kholi (Abraaj) recevant le prix Africa CEO Forum du meilleur capital-investisseur. © Bruno Levy-ACF

Le capital-investisseur spécialisé dans les pays émergents, Abraaj, a annoncé le closing final de Abraaj Africa Fund III, son nouveau fonds pour l'Afrique subsaharienne et le premier levé sous son nom. A la clé : 990 millions de dollars.

La période est propice pour les capital-investisseurs en Afrique. Après Helios, qui a attiré récemment 1,1 milliard de dollars pour son troisième fonds, ou Development Partners International (DPI), qui a annoncé fin mars avoir finalisé la levée de son deuxième fonds panafricain à 725 millions de dollars, c’est au tour d’Abraaj de battre des records. Le capital-investisseur né aux Emirats Arabes Unis et spécialisé dans les pays émergents a annoncé le 12 avril le closing final de son fonds Abraaj Africa Fund III (AAF III), frôlant le milliard de dollars. 64% des 990 millions de dollars est venu d’investisseurs européens et nord-américains, a précisé Abraaj dans un communiqué ajoutant que les investisseurs institutionnels, les fonds de pension et les fonds souverains représentent 76% des fonds levés.

AAF III investira dans des entreprises de taille moyenne d’Afrique sub-saharienne, notamment dans les secteurs des biens de consommation, du crédit à la consommation et du service aux entreprises. Les principaux pays ciblés sont le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud et le Kenya.

Ces 990 millions sont nettement supérieurs aux 800 millions initialement recherchés par Abraaj et dépassent de beaucoup la taille des précédents fonds du groupe pour l’Afrique subsaharienne (Aureos Africa Fund, 381 millions de dollars, et auparavant, les fonds régionaux d’Aureos).

67 investissements

Abraaj est un acteur relativement récent en Afrique mais la reprise en 2012 d’Aureos Capital et de ses équipes, qui détenaient souvent un historique de plus d’une décennie en matière d’investissement dans des entreprises subsahariennes, lui a permis de se positionner rapidement comme un acteur central dans le domaine du private equity africain. En tout, Abraaj (principalement via Aureos Capital) a déployé près de 3 milliards de dollars dans des entreprises subsahariennes, exécutant 67 investissements et 30 sorties totales ou partielles. Le capital-investisseur compte 27 professionnels à Nairobi, Lagos, Accra et Johannesburg.

Les investissements d’Abraaj en Afrique subsaharienne francophone ont été jusqu’à présent peu nombreux : les sénégalais Ciments du Sahel et Matforce, la clinique togolaise Biasa ou, plus récemment, la société ivoirienne African Industrial Services Group (AIS) ont reçu des fonds d’Abraaj au cours des dix dernières années. Mais le capital-investisseur a également misé dans d’autres sociétés d’envergure régionale voire panafricaine ayant des expositions importantes en zone francophone : c’est le cas notamment de Saham Finances, un groupe d’assurances très présent en Afrique subsaharienne, ou de Fan Milk, dont les marques sont très connues au Togo ou au Bénin.

Abraaj est également actif en Afrique du Nord, zone pour laquelle il lève actuellement un autre fonds, Abraaj North Africa Fund II.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte