Immigration

Pourquoi les Blancs sont-ils appelés « expats » et les Noirs « immigrés » ?

Expatriés ou immigrés ? L'amalgame entre les termes dénote un racisme prégnant. © AFP

Dans une tribune publiée dans "The Guardian" le 13 mars, Mawuna Remarque Koutonin, rédacteur en chef de siliconafrica.com, dénonce l'emploi racialisé des termes "expatrié" et "immigré". 

Pourquoi le teme "expat" s’applique t-il exclusivement aux Blancs ? Pourquoi les Noirs qui travaillent et vivent en dehors de leur pays restent toujours des "immigrés" ? Pour Mawuna Remarque Koutonin militant en faveur du concept de "renaissance africaine" qui pose la question dans une tribune retentissante publiée sur son blog Silicon Africa, puis par The Guardian vendredi 13 mars, l’utilisation de ces termes est révélatrice d’une "hiérarchie des mots créée dans le but de placer les Blancs au-dessus des autres".

Pourtant, les choses sont claires. Un "expatrié", mot qui vient du latin "ex" ("hors de") et "patria" ("pays, patrie"), qualifie une personne résidant temporairement ou définitivement dans un pays autre que celui dont elle a la nationalité.

Les Africains sont des immigrés. Les Asiatiques sont des immigrés. Pourtant, les Européens sont des expats (…) Immigrés est une façon de dire ‘races inférieures’, dit Mawuna Remarque Koutonin.

Selon cette définition, il faudrait s’attendre à ce que toute personne travaillant à l’extérieur de son pays soit appelée "expatrié", quelle que soit sa patrie d’origine ou sa couleur de peau. Mais ce n’est pas le cas, note Mawuna Remarque Koutonin. "Expatrié est un terme réservé exclusivement aux Blancs occidentaux allant travailler à l’étranger."

"Travailleurs qualifiés" vs "expats"

"Les travailleurs africains qualifiés qui vont travailler en Europe ne sont pas considérés comme des expatriés. Ce sont des immigrants. Point barre, s’insurge-t-il. Il cite l’un d’entre eux : "Je travaille pour des organisations multinationales à la fois dans le secteur privé et dans le public. Et être noir ou ‘de couleur’ ne me donne pas le droit d’être qualifié d’"expat". Je suis un immigrant hautement qualifié, comme ils disent pour être politiquement correct."

"Les Africains sont des immigrés. Les Asiatiques sont des immigrés. Pourtant, les Européens sont des expats (…) Immigrés est une façon de dire ‘races inférieures’", ajoute Mawuna Remarque Koutonin. "Si vous voyez des Blancs dans votre pays, appelez-les immigrés (…)", conclut Koutonin non sans ironie. "La déconstruction politique de cette vision du monde dépassée doit se poursuivre."

Page Wikipédia modifiée

Comme l’avait noté le site slate.fr après la publication de la tribune de Koutonin, une distinction révélatrice était d’ailleurs opérée sur la fiche Wikipédia (en français) du terme "expatrié" : "En France, on le préfère au mot ‘émigré’ lorsqu’il s’agit de qualifier des Français établis hors des frontières nationales françaises pour des raisons professionnelles."

Mais depuis la publication de l’article de Slate, cette phrase a été supprimée. Un utilisateur de l’encyclopédie collaborative l’a remplacée par celle-ci : "Contrairement à l’émigré, l’expatrié n’a typiquement pas l’intention de s’installer à long terme dans le pays de résidence (mais peut toutefois en obtenir la citoyenneté) et provient d’un pays ayant un niveau de développement économique égal ou supérieur à celui du pays de résidence." Et si la première partie de la définition est acceptable, la seconde l’est quant à elle beaucoup moins…

>> Lire aussi : Le témoignage d’"expats" français au Sénégal

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte