Défense

Nigeria : face à l’armée, Boko Haram recule à Yobe et à Borno

Des soldats nigérians à Madagali, dans l'est du pays.

Des soldats nigérians à Madagali, dans l'est du pays. © AFP

Sur le réseau social Twitter, l'armée nigériane a annoncé lundi la reprise de la ville de Goniri, dernier bastion des combattants de Boko Haram dans l'État de Yobe, dans le nord-est du pays. Un revers de plus pour les islamistes qui ont été chassés la semaine dernière de l'État d'Adamawa. Prochain objectif : la libération de l'État de Borno.

À en croire l’armée nigériane, Boko Haram ne contrôlerait plus aucun territoire dans l’État de Yobe, dans le nord-est du pays. "Nous avons annoncé la reprise de Goniri aujourd’hui [16 mars]", a affirmé lundi Chris Olukolade, porte-parole de l’armée, sur son compte twitter. "C’était le dernier bastion des terroristes dans l’État de Yobe…", a-t-il poursuivi.

Après Yobe et Adamawa, Boko Haram bientôt chassé de Borno ?

Une victoire de l’armée nigériane qui intervient une semaine après l’annonce de la débâcle de Boko Haram à Adamawa, un autre État du nord-est du Nigeria durement touché ces dernières années par l’activisme des insurgés. Et les soldats nigérians ne comptent pas s’arrêter là.

Dans un second tweet publié en fin de journée lundi, Chris Olukolade a annoncé que l’armée a également délogé Boko Haram de Bama, deuxième ville de l’État de Borno, à 70 km de la capitale Maiduguri.

"Les troupes nigérianes ont délogé les terroristes de #Bama dans l’État de #Borno. L’opération de nettoyage est en cours", a-t-il déclaré sur le réseau social, affirmant que "l’État de Borno sera bientôt libre".

Les insurgés de Boko Haram avaient pris Bama, une ville clé, début septembre, en même temps que plusieurs autres villes et villages de trois États au nord-est du pays, Borno, Adamawa et Yobe. Ces trois États du nord-est du Nigeria constituaient l’épicentre de la rébellion du groupe islamiste armé et de sa répression, qui ont fait 13 000 morts et plus de 1,5 million de déplacés depuis six ans.

Avec la libération annoncée de Yobe, seuls quelques villes et villages de l’État de Borno sont désormais sous le contrôle de Boko Haram. Car la semaine dernière, le gouvernement nigérian a affirmé que 36 localités des trois États du nord-est du pays avaient été reprises depuis le début de l’offensive régionale.

>> Lire aussi Boko Haram : État islamiste, armes françaises et mercenaires sud-africains…

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte