Politique

Bénin : ces députés adeptes de la transhumance politique

| Par
L'ex-ministre Claudine Prudencio a rejoint l'Union fait la nation.

L'ex-ministre Claudine Prudencio a rejoint l'Union fait la nation. © Facebook

À l’approche des élections législatives béninoises (26 avril), la pratique de la transhumance politique bat des records. Pas moins de trente députés élus sous la bannière d’un parti politique se présenteront sur la liste d’un autre. En voici les principaux.

Les élections législatives béninoises auront lieu le 26 avril. Au total, seize listes de partis ou d’alliances de partis se présenteront. Parmi eux : l’Alliance pour une nouvelle gouvernance (de Kokou Zounon), l’Alliance patriotique de l’éveil pour l’union (de Désiré Vodonou), l’Alliance RB-RP (de Lehady Soglo et Janvier Yahouédéhou), l’AND (de Valentin Houdé), l’Alliance FDU (de Mathurin Nago et Hélène Aholou Kèkè), l’Alliance soleil (de Sacca Lafia, Antoine Dayori, Issa Salifou et Robert Gbian), les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE du président Thomas Boni Yayi), le Parti du renouveau démocratique (PRD d’Adrien Houngbédji), l’Union fait la nation, l’Alliance pour un Bénin triomphant (de Abdoulaye Bio Tchané).

>> Lire aussi : Trois questions sur les prochaines élections au Bénin

À l’occasion de ce scrutin, la transhumance politique (migration d’un parti à un autre) a connu des records. Très répandue en Afrique, la pratique fait, au Bénin, office de sport national. Le mal persiste depuis 1991, date de l’avènement de l’ère démocratique. Il touche tous les partis (pouvoir comme opposition) et contribue à décrédibiliser une classe politique accusée d’opportunisme. Aucune loi ne la réglemente.

Cette année, une trentaine de députés élus sous la bannière d’un parti politique se présenteront sur la liste d’un autre. En voici les principaux.

Claudine Prudencio

© Facebook

Son départ des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) pour l’Union fait la nation (UN) est tout sauf une surprise. Députée de la 6e circonscription et ex-ministre du Tourisme et de l’Artisanat, elle s’était éloignée depuis un moment de la majorité présidentielle. Pour le pouvoir, tout a commencé en janvier 2014 lorsqu’elle a rencontré l’homme d’affaires Patrice Talon en région parisienne.

>> Lire aussi : Affaire Talon : les couteaux sont tirés

Yves Edgard Monnou

© D.R.

Yves Edgar Monou est un coutumier du fait. Entre 1991 et 1996, il a changé de partis tous les ans. Aujourd’hui, il quitte Renaissance Bénin (RB) de Léhady Soglo pour le Parti du renouveau démocratique (PRD Adrien Houngbédji).

Ismaël Tidjani Serpos 

Magistrat à la retraite, ancien ministre de justice du chef de l’État Mathieu Kérékou, ancien député, Ismaël Tidjani Serpos a été président du groupe parlementaire du  Parti du renouveau démocratique (PRD). Positionné en deuxième position sur la liste du PRD dans la cinquième circonscription électorale (Toffo, Allada, Tori , Kpomassé et Ouidah), il a préféré rejoindre celle de Renaissance du Bénin, où il est tête de liste…

Christian Sossouhounto

© Facebook

Membre de Renaissance Bénin (RB), Christian Sossouhounto est entré au gouvernement à la faveur de l’alliance de son parti avec la majorité présidentielle. Lorsque RB a décidé de se retirer en janvier, Sossouhounto a préféré garder son poste et rejoindre les FCBE qui l’ont positionné 3e titulaire sur sa liste dans la 15e circonscription.

Benjamin Ahounou

© Facebook

Ténor de la majorité présidentielle, Benjamin Ahounou était président de la coordination des FCBE dans le département du Littoral. Ancien élu de la 15e circonscription, il a décidé de se présenter sur la liste de Renaissance Bénin (RB).

Bernard Lani Davo

Ancien ministre de l’Enseignement secondaire de Thomas Boni Yayi, Bernard Lani Davo a décidé passer des FCBE à l’alliance Rennaissance Bénin-Réveil patriotique (RP) dans la 16e circonscription électorale de Cotonou. Avant d’intégrer la majorité présidentielle, il était membre du Parti social démocrate (PSD).

Candide Azannaï

© Facebook

En quatre élections législatives, il s’est promené sur quatre différentes listes. En 2003, Candide Azannaï est élu député sur la liste RB. En 2007, il est candidat sur la liste de son parti "Restaurez l’espoir". En 2011, il est réélu député alors qu’il est positionné sur la liste FCBE. En 2005, on le retrouve sur celle de l’UN. Cette année, c’est aux côtés des candidats de RB qu’il se présente.

 Célestin Goutolou

Mécontent de son positionnement sur la liste des FCBE, Célestin Goutolou, député de la 24e circonscription électorale, a préféré quitter la mouvance présidentielle pour rejoindre celle dirigée par Nicéphore Soglo (RB-RP).

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte