Politique

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le 20 janvier 2015 à Paris. © Christophe Ena/AP/SIPA

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal, à Los Angeles.

Décidément, la vie de Lassana Bathily aura été chamboulée, ce 9 janvier, dans le supermarché Hyper Cacher où il était employé, à Vincennes. Après avoir sauvé la vie à quatre otages, lors de l’attaque perpétrée par le terroriste Amédy Coulibaly, il avait été porté au rang de héros par les autorités et l’opinion française.

Aujourd’hui, c’est au tour des Américains d’honorer le jeune homme et de le récompenser pour son acte.

Le Centre Simon Wiesenthal, dont la mission est de préserver la mémoire de l’Holocauste et de lutter contre le racisme, a décoré Lassana Bathily, mardi 24 mars, de la médaille du courage, lors de son congrès annuel, tenu à Los Angeles.

Lassana Bathily n’a pas perdu sa modestie

Devant un parterre de pontes de l’industrie cinématographique et des célébrités venues de tout le pays, le Malien, naturalisé français après les événements de janvier a déclaré : "Ce que j’ai fait c’est tout naturellement. Je ne me suis pas demandé si c’était des chrétiens ou des juifs. Pour moi, c’était juste des clients et des otages en danger. Je regrette juste de ne pas tous les avoir sauvés", a ajouté celui qui voyageait pour la première fois aux États-Unis.

"Si je le ferais encore ? Oui, bien sûr, c’est comme ça que j’ai été élevé, c’est comme ça que j’espère élever ma famille", a poursuivi le jeune homme, dont l’intervention sur scène a été saluée par une ovation debout.

Interrogé sur le symbole qu’il représente, il a de nouveau rejeté cette idée, soulignant que l’important était "d’être soi-même" et que sa vie n’avait pas changé depuis qu’il était devenu un héros aux yeux de la France et du monde entier. Pour lui, la lutte contre le terrorisme passe avant tout par "l’éducation des enfants".

Il a aussi expliqué qu’il avait à présent le projet de "créer une association" pour son village au Mali "et un autre projet en France pour aider les enfants d’immigrés".

>> Lire aussi : Charlie Bathily

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte