Politique

Yémen : importante offensive de l’Arabie saoudite, les forces loyalistes reprennent Aden

| Par Jeune Afrique
Un char positionné devant le palais présidentiel le 25 mars 2015 à Sanaa.

Un char positionné devant le palais présidentiel le 25 mars 2015 à Sanaa. © Mohammed Huwais/AFP

L’Arabie saoudite a lancé mercredi une opération militaire au Yémen impliquant « plus de 10 pays » pour défendre le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a fui le pays en bateau mercredi devant l’offensive des rebelles chiites houthis.

Des forces loyales au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, qui a quitté le pays mercredi en bateau, ont repris jeudi 26 mars l’aéroport international d’Aden (Sud), d’où se sont précipitamment retirés les partisans des rebelles chiites houthis.

Les militaires de la 39è brigade blindée, qui s’étaient alliés aux houthis, "ont fui ce matin l’aéroport" conquis la veille, a déclaré l’officier, ajoutant que les "comités populaires" (supplétifs de l’armée pro-Hadi) en "ont repris le contrôle".

© AFP

Mercredi, l’Arabie saoudite a lancé une opération militaire impliquant "plus de 10 pays" pour défendre le président yéménite. L’Égypte a confirmé sa participation ainsi que quatre États du Golfe – le Qatar, le Koweit, Bahrein et les Émirats arabes unis. La Jordanie a également confirmé sa participation à cette opération qui vise à "soutenir la légitimité, la stabilité et la sécurité du Yémen".

>> Lire aussi : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Selon l’agence saoudienne Spa, le Maroc, le Soudan et le Pakistan font également partie des volontaires. Les États-Unis ont annoncé qu’ils fourniraient un soutien "logistique et en renseignement."

Bombardements

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’aviation saoudienne a procédé à des raids aériens sur la capitale Sanaa que les Houtis ont investie début février. Réputés proches de l’Iran chiite, ils progressent à grand pas vers le sud du pays. Après avoir pris le contrôle de la grande base aérienne d’Al-Anad, désertée la semaine dernière par des militaires américains, ils ont également atteint le port de Mocha. Une conquête qui leur ouvre désormais le détroit de Bab al-Mandeb, à l’embouchure du Golfe d’Aden.

La milice chiite bénéficie de puissants soutiens parmi les militaires fidèles à l’ex-dictateur Ali Abdallah Saleh, chassé du pouvoir en 2012. Ce dernier a fait cause commune avec les houthis, aux dépens du président Hadi, soutenu de son côté  par les monarchies sunnites du Golfe.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer