Politique

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

| Par Jeune Afrique
Un blindé de la Monusco en RDC

Un blindé de la Monusco en RDC © AFP

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.

Sur fond de vives tensions entre Kinshasa et la Monusco, l’ONU a renouvelé jeudi le mandat de sa mission en République démocratique du Congo (RDC) pour une durée d’un an. Ses effectifs militaires, présents depuis quinze ans en RDC, seront en revanche réduits de 10%. Soit 2 000 hommes en moins, sur près de 20 000 soldats autorisés.

Le Conseil de sécurité a indiqué qu’il souhaitait rendre cette réduction d’effectifs permanente. Des objectifs préalables à une baisse supplémentaire du nombre de soldats ont été fixés par l’ONU, comme la réalisation de progrès dans la démocratisation du pays et la réduction de la menace des groupes armés dans l’est du pays. Le Conseil a en revanche maintenu le plafond autorisé de la force – soit 19 815 soldats et 1 400 policiers -, pour revenir si besoin sur sa décision.

Kinshasa réclamait le retrait de 6 000 Casques bleus

Cette reconduction va à l’encontre des demandes formulées par Kinshasa, qui souhaitait, selon certaines indiscrétions diplomatiques, le retrait immédiat de 6 000 Casques bleus. La brouille entre les deux partenaires a éclaté en début d’année, après que la Monusco a stoppé son soutien à l’armée congolaise lors d’offensives dans l’Est du pays. En cause : le non remplacement par Kinshasa de deux officiers, accusés d’avoir commis des violations des droits de l’homme. Or, les règles onusiennes interdisent aux Casques bleus de fournir de l’aide à des unités militaires dans ces conditions.

Conséquence, la coopération entre Kinshasa et la force onusienne s’est considérablement rafraîchie. « Les relations entre le gouvernement congolais et l’ONU traversent une mauvaise passe », reconnaissait ainsi Martin Kobler, le chef de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), le 11 mars dernier.

>> Lire aussi : Rien ne va plus entre la Monusco et le gouvernement

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte