Mines

African Barrick Gold : les Chinois changent d’avis

| Par Jeune Afrique
La revente de African Barrick Gold a achoppé sur le prix.

La revente de African Barrick Gold a achoppé sur le prix. © African Barrick Gold

Annoncée en août dernier, la revente par Barrick Gold de sa filiale active en Tanzanie, African Barrick Gold, au chinois China National Gold n’aura finalement pas lieu.

La société minière d’État China National Gold a renoncé à acheter la participation de 74% détenue par Barrick Gold, une entreprise canadienne, dans African Barrick Gold, un producteur d’or actif en Tanzanie. Les deux parties prenantes n’ont pu s’entendre sur le prix. Rappelons aussi que ABG a connu une série de problèmes techniques et une augmentation de ses coûts de production sur les deux dernières années.

L’intérêt de la Chine pour African Barrick avait été vu comme une preuve supplémentaire de l’ambition des entreprises chinoises pour acquérir des actifs miniers dans le monde.

Long terme

D’après un analyste cité par le Financial Times, la maison mère, qui est aussi le plus important producteur d’or au monde, semble considérer qu’un effort opérationnel pour améliorer la qualité de ses actifs en Afrique dégagera plus de valeur à long terme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte