Diplomatie

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d’Ivoire

| Par Jeune Afrique
La réforme de la diplomatie ivoirienne a permis de mieux maîtriser les effectifs.

La réforme de la diplomatie ivoirienne a permis de mieux maîtriser les effectifs. © Christophe Ena/AP/SIPA

D’ici à 2018, la Côte d’Ivoire devrait s’être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d’une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et… économe.

Dans le cadre de la réforme en cours de la diplomatie ivoirienne, toutes les chancelleries sont désormais dotées d’un organigramme. Ce qui permet, entre autres, de mieux maîtriser les effectifs. Depuis 2013, ceux-ci sont passés de 1 236 à 828 agents (- 33 %).

Pendant la même période, le taux de couverture des différents pays est passé de 48 % à environ 60 %. L’objectif est d’atteindre 90 % à l’horizon 2018 (175 pays sur les 194 que comptent les Nations unies). Onze ambassadeurs adjoints ont par ailleurs été nommés à New York, Abuja, La Haye, Addis-Abeba, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Rome, Vienne, ainsi qu’à l’Unesco (à Paris).

L’ouverture de quinze nouvelles chancelleries est prévue. En 2013, le budget alloué aux dépenses de fonctionnement de ces dernières avoisinait 60 milliards de F CFA (91,5 millions d’euros). Il était de 70 milliards en 2014 et sera sans doute de 80 milliards cette année.

>> Lire aussi : l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à l’Onu limogé pour une sortie peu diplomatique

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte