Société

Littérature : « Un racisme en Noir(e) et Blanc(he) »

Beaucoup d’ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui « noircit » un camp et « blanchit » l’autre. Dans « Un racisme en Noir(e) et Blanc(he) », Marie-Andrée Ciprut et Franca Ongarelli Loup évitent ce piège en se retenant de faire de leur livre la somme de leurs expériences respectives.

Mis à jour le 12 juin 2015 à 13:59

Un racisme en Noir(e) et Blanc(he). Expériences de racisme vécu, Marie-Andrée Ciprut, avec la col © DR

Leur ouvrage, et c’est ce qui fait son originalité, est en réalité une étude fouillée, documentée et appliquée à notre actualité sur un thème qui n’a jamais cessé de soulever les passions, nous amenant à sans cesse reconsidérer la question de la différence. Quelles sont les origines du racisme ? Comment l’esclavage a-t-il évolué du paléolithique à nos jours ? Que faut-il retenir du siècle des Lumières ? Qu’en est-il du racisme aux États-Unis, souvent évoqué en la matière ? Quelles sont les autres formes de ce « fléau », instauré en système politique à l’époque ségrégationniste en Amérique ou en Afrique du Sud pendant l’apartheid ? Où en sont les débats sur les « discriminations » ?

>> À Lire aussi : Avec « Omerta dans la police », Sihem Souid dénonce le racisme de la PAF

Marie-Andrée Ciprut s’est chargée de l’analyse globale, avec un regard particulier sur les pays européens où l’ère des migrations et du « chaos-monde » a réveillé certaines habitudes nauséeuses. Franca Ongarelli Loup nous livre pour sa part son expérience, son vécu, de sorte qu’à travers les scènes de la vie quotidienne nous prenions conscience de cette gangrène et révisions nos méthodes pour la repousser.

Il ne s’agit pas d’un livre de « sanglots », mais plutôt d’un regard serein, servi par l’expérience de deux femmes qui ont saisi depuis fort longtemps la nécessité de l’échange, du brassage des cultures qu’incarnent d’ailleurs les deux zèbres sur la couverture de l’ouvrage, l’un disant que son papa est noir et sa mère blanche, l’autre lui rétorquant que pour lui c’est le contraire. Un racisme en Noir(e) et Blanc(he) est une véritable feuille de route pour la compréhension de notre histoire commune, de nos rapports dans leur diversité, loin de la frénésie des discours tranchés et des idées reçues que certains véhiculent et qui déshonorent le genre humain.

La conclusion du livre sonne comme un ultime appel : « Nous devons nous unir, rassembler nos forces antiracistes pour contrer les attaques réactionnaires contre les immigrés, les personnes victimes de leur taux de mélanine, de leur appartenance ethnique et/ou de leur religion. »

NB : Alain Mabanckou, auteur de cette critique, a préfacé l’ouvrage.

Un racisme en Noir(e) et Blanc(he). Expériences de racisme vécu, Marie-Andrée Ciprut, avec la collaboration de Franca Ongarelli Lou, Fortuna Éditions, 152 p., 14,90 euros