Défense

Boko Haram : les soldats nigérians introuvables

| Par Jeune Afrique
Une patrouille militaire tchadienne au Nigeria contre Boko Haram, février 2015.

Une patrouille militaire tchadienne au Nigeria contre Boko Haram, février 2015. © Stephane Yas/AFP

Les États-Unis, le Cameroun, le Tchad mais aussi désormais le Niger, s’irritent de la passivité de l’armée nigériane face à Boko Haram.

Idriss Déby Itno n’est pas le seul à s’irriter de la passivité des autorités nigérianes dans la guerre contre Boko Haram et à regretter, comme il l’a fait dans une récente interview à l’hebdomadaire français Le Point, de n’avoir toujours pas eu "un contact direct sur le terrain" avec leurs soldats. Outre Washington et Yaoundé, à Niamey, aussi, on s’impatiente. "Avec les Tchadiens, nous avons repris la ville de Damasak et trois bourgs voisins il y a plusieurs jours, raconte un officier proche du président nigérien.

>> A lire aussi : Nigeria : contre Boko Haram, y a-t-il un pilote dans l’armée ?

Mais nous n’avons toujours pas vu les soldats nigérians censés prendre notre relève. C’est un vrai problème. Cela nous expose aux attaques de Boko Haram, car nous n’avons pas prévu la logistique pour rester si longtemps dans une même ville. En outre, nous n’avons pas vocation à devenir une armée d’occupation, or il n’y a dans ces villes ni police ni administration… Et, surtout, cela nous empêche de poursuivre l’offensive contre les autres villes occupées par la secte." Depuis plusieurs semaines, 1 500 soldats tchadiens et 750 soldats nigériens sont engagés dans cette région frontalière du Niger.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte