Politique

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

| Par Jeune Afrique
Abdelmalek Sellal, Premier ministre algérien.

Abdelmalek Sellal, Premier ministre algérien. © Farouk Batiche/AFP

L’avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.

Des copies de l‘avant-projet de nouvelle Constitution ont été récemment remises aux présidents des deux chambres du Parlement et au président du Conseil constitutionnel. Selon des indiscrétions à Alger, le texte prévoit de limiter à deux le nombre des mandats présidentiels (disposition pourtant supprimée en novembre 2008 lors de la révision de loi fondamentale de 1996), mais aussi de remplacer le Premier ministre, aujourd’hui simple "coordinateur" du programme présidentiel, par un chef du gouvernement doté de prérogatives et de pouvoirs accrus.

Le poste devrait à l’avenir échoir au parti disposant de la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Un référendum populaire étant pour l’heure exclu, le nouveau texte sera selon toute vraisemblance adopté à l’issue d’un vote sans débat au Parlement réuni en session extraordinaire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte