Banque

Les candidats à la présidence de la BAD : Birama Boubacar Sidibé, 62 ans, Mali

Birama Boubacar Sidibé, ancien vice-président de la Banque islamique de développement © Groupe BAD.

Birama Boubacar Sidibé, ancien vice-président malien de la Banque islamique de développement (BID), est candidat à la présidence de la Banque africaine de développement.

« Il faut être une banque saine pour faire du développement », aime à répéter cet ingénieur formé à l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (Engref), en France, et qui a déjà oeuvré vingt-trois années au sein de la BAD (entre 1983 et 2006).

Pour Birama Boubacar Sidibé, une institution de financement du développement doit avoir une bonne situation financière et une grande capacité à mobiliser les ressources nécessaires à la réalisation de ses missions. Directeur général de Shelter Afrique puis vice-président de la Banque islamique de développement, dont il a piloté la très forte expansion en Afrique, le Malien est salué pour ses innovations dans le domaine des montages financiers.

Il croit savoir que la plupart des candidats mettront comme lui en avant la transformation structurelle des économies africaines, l’intégration et la création de marchés régionaux, les infrastructures, etc. Mais d’après lui, « c’est ce qu’on propose pour transformer les déclarations en réalité qui compte ».

Le prochain président de la BAD, devenue sous Kaberuka une institution dont la voix porte, doit avoir une grande capacité de compréhension des enjeux économiques et financiers internationaux, mais aussi de prise de décision, soutient-il. À ses yeux, le drame des institutions internationales est qu’elles s’apparentent à de gros paquebots difficiles à manoeuvrer, prenant beaucoup de temps pour s’adapter aux changements.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte