Économie

Égypte : 36 milliards de dollars de contrats signés en trois jours

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi © Alain Jocard / AFP.

L'Egypte, qui organisait durant trois jours une conférence économique à Charm el-Cheikh, destinée à attirer les capitaux étrangers, a réussi son pari. Le pays a signé a signé plusieurs contrats d'un montant total de 36,2 milliards de dollars.

L’Egypte a signé plusieurs contrats d’un montant de 36,2 milliards de dollars, en marge de la conférence sur “l’avenir” que le pays organisait du 13 au 15 mars, dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

>>>> Lire aussiEgypte : Sissi hyperprésident

Investissements étrangers

L’Egypte a signé, samedi 14 mars, un contrat de 4 milliards d’euros avec le groupe allemand Siemens, pour la construction d’une centrale thermique au gaz et de turbines à vapeur d’une capacité de 4,4 gigawatts.

Parallèlement, des protocoles d’accord concernant d’autres projets ont été signés lors de la conférence de Charm el-Cheikh. Leur montant total s’élève à 6 milliards de dollars. L’Egypte a également pu compter sur l’aide de ses alliés du Golfe.

En effet, dès l’ouverture de la conférence de Charm el-Cheikh, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Koweït et Oman ont promis à l’Egypte une aide financière dont le montant total s’élève à 12,5 milliards de dollars.

>>>> Lire aussiLes monarchies du Golfe promettent 12 milliards de dollars à l’Egypte

“Nous avons élaboré un programme de réforme clair destiné à faciliter les investissements et à stimuler la croissance inclusive, de façon à créer de l’emploir et à bénéficier à tous les Égyptiens”, a déclaré Ibrahim Mahlab, le Premier ministre égyptien.

Lutte antiterroriste

Bien que présents à l’évènement, les Etats-Unis sont, quant à eux, venus les mains vides. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a toutefois promis une “décision très prochainement” pour le déblocage de 650 millions de dollars d’assistance militaire.

Si ces investissements vont permettre à l’Egypte de relancer son économie chancelante, ils témoignent aussi des soutiens internationaux dont bénéficie le président Abdel Fattah al-Sissi, notamment en matière de lutte antiterroriste.

Bien qu’accusé par de nombreuses ONG de défense des droits de l’Homme d’avoir mis en place un régime encore plus répressif que son prédécesseur, Abdel Fattah al-Sissi pourrait constituer un allié de taille dans la lutte contre l’Etat Islamique, en Irak et en Syrie. D’autant que l’armée égyptienne est l’une des plus puissantes au monde.

>>>> Lire aussiEgypte : première pendaison d’un partisan de Morsi condamné pour violences

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte