Économie

Maroc : perte record pour le raffineur Samir en 2014

La société marocaine de raffinage Samir a enregistré une perte nette d’environ 350 millions de dollars. Cette situation s’explique principalement par la réévaluation du niveau des stocks du raffineur après la chute des cours de l’or noir.

Par
Mis à jour le 25 mars 2015 à 16:10

Samir est le premier raffineur et distributeur de produits pétroliers au Maroc. DR

Le raffineur marocain Samir (Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage) a réalisé en 2014 un résultat net négatif de 3,42 milliards de dirhams (environ 349,7 millions de dollars) contre un bénéfice net de 320 millions de dirhams en 2013 [PDF].

Une perte record qui s’explique en partie par la « dévalorisation significative de ses actifs détenus en stock » due à la chute des prix du pétrole et qui a contribué à hauteur de 3,029 milliards de dirhams aux pertes du groupe marocain. Elle tient aussi à un recul marqué du volume de vente (-5 %) en raison de la « baisse significative de la demande en fuel industriel destiné à la production d’électricité ». Le groupe marocain explique le repli des exportations en 2014 (-12 %) à « une amélioration des parts de marché locales ». En 2014, le raffineur a enregistré un chiffre d’affaires de 44,04 milliards de dirhams, en recul de plus de 10 % par rapport aux 49,1 milliards de dirhams enregistrés un an plus tôt.

Économies

Samir, qui avait émis début décembre un avertissement sur résultats (profit-warning) pour l’année 2014, a perdu environ 26,14 % de sa valeur à la Bourse de Casablanca depuis le début de l’année. Le titre, qui a cédé 10 % durant la seule journée du 24 mars, s’échangeait à 180 dirhams à l’ouverture ce matin.

Malgré les résultats décevant enregistrés en 2014, le raffineur marocain se veut optimiste pour cette année et entend « profiter de l’amélioration des marges de raffinage constatée sur les marchés internationaux au cours des derniers mois » et miser sur le « déploiement d’un plan de synergies opérationnelles et financières entre la SAMIR et ses filiales qui devrait permettre à la Société d’économiser 500 millions de dirhams par an sur les 5 prochaines années ». Une urgence, lorsqu’on sait que le taux d’endettement était supérieur à 400 % à la fin de l’année 2013 [PDF].

Lire aussi :

Maroc : Samir obtient un financement de 200 millions de dollars

Samir en perte de vitesse