BTP & Infrastructures

Bitume : le français Rubis rachète Eres, leader en Afrique de l’Ouest

Eres est actif depuis vingt ans dans la distribution de produits bitumeux en Afrique de l'Ouest. DR

Eres est actif depuis vingt ans dans la distribution de produits bitumeux en Afrique de l'Ouest. DR ©

Le groupe français Rubis, spécialisé dans la distribution et le stockage de produits pétroliers, a annoncé l'acquisition en deux temps du groupe Eres, spécialisé dans le transport de produits bitumineux en Afrique de l'Ouest pour plus de 315 millions de dollars.

La transaction prévoit « l’acquisition immédiate de 75 % du capital (d’Eres), suivi d’un complément de prix échelonné et du rachat du solde de 25 % dans 3 ans », a précisé Rubis.

Rubis déboursera dans un premier temps 315 millions de dollars (288,5 millions d’euros) pour 75 % du capital et la totalité du besoin en fonds de roulement d’Eres. Le paiement complémentaire, d’un montant maximum de 120 millions de dollars (110 millions d’euros, NDLR), sera échelonné sur 3 ans. Enfin, le rachat du solde de 25 % se fera « à des conditions également indexées sur les résultats », a précisé le groupe français.

Eres, qui dispose de bureaux à Anvers, en Belgique, et dont le chiffre d’affaires est estimé à 500 millions de dollars (458 millions d’euros) en 2014, est un acteur indépendant de toute la chaîne logistique des bitumes en Afrique de l’Ouest et possède d’importantes implantations, notamment des dépôts d’importation, au Sénégal, Togo et Nigeria.

Cette acquisition « significative » selon Rubis s’inscrit dans la stratégie du groupe dans la mesure où elle porte sur « un produit de niche commercialisé sur des marchés structurellement importateurs, où la composante transport-logistique est essentielle ».

Branche

Du fait de cette acquisition majeure, le groupe français qui a réalisé en 2014 un bénéfice net de 118 millions d’euros, a décidé de créer une troisième branche d’activité appelée « Rubis support et services ». Elle regroupera aussi la raffinerie antillaise Sara en cours d’acquisition et les activités d’approvisionnement dans les Caraïbes, soit l’ensemble des activités d’infrastructure, de transport, d’approvisionnement et de services support aux activités aval, distribution et marketing.

Par ailleurs, Rubis a annoncé son intention « de lancer, dans le courant du semestre, une augmentation de capital » pour couvrir « environ 20% » de ses besoins de financements. Elle se fera avec un droit préférentiel de souscription.

Avec cette opération sur Eres, les engagements totaux d’investissements du groupe s’élèvent à 600 millions d’euros. Même s’ils sont couverts par le cash flow de l’exercice, les lignes de crédits confirmées et le recours à la trésorerie disponible, a précisé Rubis, le groupe entend par cette augmentation de capital « respecter sa discipline financière et se donner les moyens de saisir de nouvelles opportunités d’expansion ».

Dans la même logique, Rubis a décidé de limiter à 50 % l’utilisation d’une ligne de capital disponible, « soit 1,2 million d’actions pour une contrevaleur d’environ 65 millions d’euros », répartie sur 2015 et 2016.

Lire aussi :

Développement : à la conquête de l’Afrique idéale

Congo-Brazzaville : enfin des routes

La Côte d’Ivoire doit investir un milliard de dollars par an dans son réseau routier

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte