Politique

Somalie : les shebabs attaquent le complexe de la présidence intérimaire à Baïdoa

Baïdoa, dans le sud somalien, a été la cible jeudi d’attaques perpétrées par les islamistes shebabs. La ville abrite le siège du gouvernement local représentant la présidence intérimaire qui dirige l’exécutif, l’aéroport, le QG de la force de l’Union africaine et des bureaux de l’ONU.

Par
Mis à jour le 13 mars 2015 à 10:35

Des solats de l’Union Africaine sur une route dans le sud de la Somalie, le 6 octobre 2014 © Tobin Jones / AFP

Cinq assaillants ont pris d’assaut, jeudi 12 mars au matin, le complexe de la présidence intérimaire de l’État régional du Sud-Ouest. Vêtus d’uniformes militaires somaliens, ils ont ouvert le feu sur plusieurs personnes à l’entrée avant d’être stoppés dans leur progression par les troupes éthiopiennes de la force de l’Union africaine en somalie (Amisom). 

>> Lire aussi  Somalie : au moins quatres tués dans un attentat-suicide près de l’aéroport de Mogadiscio

Quatre des insurgés sont morts. Trois d’entre eux en déclenchant les explosifs qu’ils portaient sur eux, un quatrième a été tué par l’Amisom et un cinquième grièvement blessé. Dans les rangs des forces éthiopiennes on dénombre un soldat mort. L’attaque a été revendiquée par le porte-parole militaire des shebabs, Abdulaziz Abu Musab. Il affirme qu’elle visait une réunion de sécurité entre le président local Adan et des responsables éthiopiens. Le chef de l’exécutif régional serait sain et sauf.

L’actuel gouvernement en peine

Au-délà de Mogadiscio, l’actuel gouvernement peine à asseoir son influence. certaines régions sont dirigées par des chefs de guerre qui tentent d’y imposer leur propre autorité. Le président Hassan Cheikh Mohamoud avait pourtant été présenté comme la meilleure chance de paix pour la Somalie dès son arrivée au pouvoir en 2012. 
 

Baïdoa, cet ancien bastion des shebabs

La ville de Baïdoa fut l’un des principaux bastions des islamistes shebabs depuis 2009. Elle a été reprise en 2012 par les troupes éthiopiennes présentes en Somalie. Le contingent éthiopien a depuis intégré l’Amisom, dont les effectifs ont été portés à 22 000 hommes en janvier 2014.