Politique

France – Guinée Équatoriale : porte de sortie en vue pour Teodorín ?

| Par Jeune Afrique
Teodoro Nguema Obiang Mangue (Teodorín).

Teodoro Nguema Obiang Mangue (Teodorín). © Jérôme Leroy/AFP

Va-t-on vers une sortie honorable pour Teodoro Nguema Obiang Mangue, poursuivie pour biens mal acquis en France ? Son avocat veut le croire.

Avocat de la Guinée équatoriale dans l’épineux dossier des biens mal acquis (BMA), Jean-Charles Tchikaya espère trouver dans les prochains mois une issue au contentieux qui oppose depuis deux ans Teodoro Nguema Obiang Mangue (Teodorín), vice-président et fils du président équato-guinéen, à la France.

Déçu des résultats de la négociation entreprise par la défense de Teodorín avec la justice française, qui auraient obligé son client à plaider coupable, à abandonner les biens saisis et à s’acquitter d’une amende qui aurait pu atteindre 50 millions d’euros, Me Tchikaya entend s’appuyer sur la Cour internationale de justice pour faire reconnaître l’immunité diplomatique du vice-président et ainsi déclencher l’arrêt des poursuites.

Une solution rendue possible par la ratification par la Guinée équatoriale, en novembre 2014 au siège de l’ONU, à New York, du Protocole facultatif concernant le règlement des différends obligatoires (convention de Vienne, 1961).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte