Télécoms

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange pourront désormais rivaliser avec Nexttel sur le segment de la 3G. DR ©

MTN et Orange se sont pliés à l'exigence du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières intègrent les technologies 3G/4G. Les deux opérateurs rejoignent Nexttel dans la bataille pour l'internet mobile.

MTN Cameroon a activé la 3G dans l’après-midi du 11 mars, quelques minutes après la signature de la convention de renouvellement de sa licence GSM, qui intègre également la 4G et court jusqu’en 2030. Une activation à laquelle se livrera son concurrent, Orange Cameroun qui a obtenu les mêmes avantages, au terme d’un exercice similaire, le 13 mars.

Pour mettre un terme à « une période assez longue et quelque peu difficile de négociations », reconnait Jean-Pierre Biyiti bi Essam, le ministre des Postes et Télécommunications, les deux entreprises ont accédé à la dernière minute à l’exigence gouvernementale de débourser chacune 75 milliards de F CFA (114 millions d’euros). MTN Cameroon a jusqu’au 11 septembre pour libérer intégralement ce montant.

Investissements

Nanti de plus de huit millions d’abonnés sur les plus de 16 millions que compte le Cameroun, la filiale du groupe sud-africain annonce d’ores et déjà la couleur. « Nous pourrons réaliser des investissements de près de 4 000 milliards francs CFA sur la durée d’exploitation de notre nouvelle licence, confie son directeur général, Karl Toriola. Notre réseau 3G sera disponible dans 16 villes dès la première année d’exploitation. Il sera par la suite progressivement étendu à toutes les villes du Cameroun, notre objectif étant de couvrir au moins 75 % de la population d’ici à 2018. »

>>>> Lire aussi – MTN : forte croissance des services de données en 2014

L’opérateur pourra en outre déployer la fibre optique à l’intérieur des villes et entre elles, mais au sein d’un même département. Camtel, l’opérateur historique, gardant son monopole sur cette infrastructure à l’échelle nationale. Les deux opérateurs déploieront donc la 4G plus tard, compte tenu des coûts exorbitants qu’implique un tel investissement.

« L’achat des terminaux dédiés est onéreux », explique Karl Toriola. Ce dernier a estimé que l’expansion et l’exploitation des nouvelles technologies allait nécessiter près de 600 milliards de F CFA entre 2014 et 2017.

>>>> Afrique : 350 millions de smartphones connectés d’ici à 2017

Conquête

En rejoignant Nexttel (groupe Viettel) dans l’exploitation de cette technologie, les filiales camerounaises de MTN et d’Orange entrent de plain-pied dans la bataille pour la conquête de l’internet mobile. Au reste, le groupe sud-africain envisage de porter le taux de pénétration du web au Cameroun de 7 % actuellement à 20 % à terme.

Les effets attendus sur l’économie seront important, puisqu’il est estimé qu’une addition de 10 abonnés à internet pour 100 habitants pourrait induire une croissance de 0,59 % du PIB par habitant. Au-delà des bienfaits pour les consommateurs, l’activité 3G/4G apportera une bouffée d’oxygène au pays. « Elle pourrait à terme représenter 6 % des recettes de l’État et apporter un supplément de croissance annuelle d’environ 1,60 % au PIB du Cameroun », conclut Karl Toriola.

>>>>> Résultats annuels : Orange se rattrape en Afrique

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte