Sécurité

Mali : les groupes rebelles se réunissent à Kidal pour se prononcer sur la paix

Un drapeau du MNLA, dans les rues de Kidal, en 2013. © AFP

Les leaders des groupes rebelles du nord du Mali, des chefs traditionnels et des représentants de la société civile locale se réunissent cette semaine à Kidal pour décider, ou non, de parapher le préaccord de paix conclu le 1er mars à Alger.

C’est une réunion cruciale pour l’avenir du Mali. Mercredi 11 mars débutera à Kidal, fief des rebelles touaregs, une grande assemblée des groupes armés de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), chefs traditionnels et membres de la société civile du Nord. Objectif de ces discussions, qui devraient durer jusqu’à vendredi dans la salle de spectacle de la ville : accepter ou rejeter le projet d’accord de paix validé le 1er mars à Alger par le gouvernement malien, les mouvements qui lui sont fidèles, et la communauté internationale.

Censée débuter ce mardi matin, cette réunion a été repoussée de 24 heures en raison de difficultés logistiques. Plusieurs des 200 délégués attendus n’étaient en effet pas encore arrivés en fin de journée. Basés à Ouagadougou, Nouakchott, ou encore Bamako, ils ont voyagé à Kidal, via Gao, grâce aux appareils de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali.

Plusieurs chefs des principaux groupes rebelles, Bilal Ag Acherif (Mouvement national de libération de l’Azawad, MNLA), Alghabass Ag Intalla (Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, HCUA), et Ibrahim Ag Mohamed Assaleh (Coalition du peuple pour l’Azawad, CPA) sont arrivés mardi à la mi-journée à Kidal. La veille, ils étaient à Niamey, où ils ont été reçus par le président nigérien Mahamadou Issoufou qui les a encouragés à s’engager dans le processus de paix. Sidi Brahim Ould Sidati, le leader du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), dernière composante de la Coordination, était encore attendu mardi après-midi.

"Vendre" un compromis à la base

Pour ces chefs rebelles et leurs lieutenants, engagés depuis huit mois dans les pourparlers intermaliens organisés à Alger, ces trois jours s’annoncent tendus. Soumis à une intense pression des médiateurs internationaux et régionaux pour parapher le préaccord de paix, ils vont devoir composer avec une population hostile au pouvoir central qui attend des annonces fortes en matière d’autonomie pour le Nord. Problème : aucune mesure en ce sens n’est prévue par le document ratifié dans la capitale algérienne. "Il va falloir qu’ils ‘vendent’ un compromis à leurs bases, et là réside toute la diffculté", résume une source onusienne proche des négociations.

Signe de ce rejet populaire, mardi matin, environ 300 personnes se sont réunies pacifiquement place de la Liberté, point de départ de toutes les manifestations à Kidal, pour dire "non" au préaccord de paix d’Alger.

________

Benjamin Roger

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte