Défense

Combien coûte au Tchad la guerre contre Boko Haram ?

Char tchadien au milieu des ruines à Fotokol. © Georges Dougueli pour JA

La guerre contre Boko Haram au Nigeria coûte au Tchad moins cher que son intervention au Mali. Mais elle n'est pas donnée pour autant.

"Les premières semaines au Mali nous avaient coûté autour de 60 milliards de F CFA [plus de 90 millions d’euros]. Cette fois, ce sera beaucoup moins cher." L’analyse est celle d’un expert logistique de l’armée tchadienne après avoir passé en revue les différents chapitres des dépenses engagées depuis l’entrée en guerre contre Boko Haram. Fin janvier, soit deux semaines après le début des interventions, le décompte s’établissait à 9 millions d’euros. Selon d’autres sources, ce montant pourrait atteindre, en moyenne, 7 millions d’euros par mois.

>> À lire : Idriss Déby Itno, le boss du Sahel

Tous ces coûts sont supportés par le Trésor public, à qui il a été demandé d’accorder la priorité aux sollicitations de l’état-major, sans perdre de vue le fonctionnement quotidien de l’État ni suspendre la mise en oeuvre des projets de développement. Et ce malgré la chute du cours du pétrole, première ressource du pays. Les responsables des principales sociétés pétrolières ont d’ailleurs été reçus quelques jours après l’entrée en guerre par le chef de l’État, qui leur a demandé d’augmenter leur production.

>> Lire aussi Les armées nigérienne et tchadienne reprennent la ville de Damasak à Boko Haram

Idriss Déby Itno compte aussi sur les soutiens régionaux (la Communauté économique des États de l’Afrique centrale a créé un fonds d’urgence de 76 millions d’euros pour soutenir le Tchad et le Cameroun) et internationaux. Lors de sa visite à N’Djamena, le 21 février, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a promis de plaider la cause du Tchad auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Aussitôt dit, aussitôt fait : la directrice générale du Fonds, Christine Lagarde, s’est entretenue le 24 février au soir, par téléphone, avec le Premier ministre tchadien, Kalzeubé Payimi Deubet.

>> Pour aller plus loin : Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte