Arts

Exposition : « Le Maroc médiéval » s’expose à Rabat

Céramique composite pour ablutions.

Céramique composite pour ablutions. © Musée Saint Claire, Maroc médiéval.

Après un passage remarqué par la capitale française, l'exposition "Le Maroc médiéval" s'installe à Rabat, du 5 mars au 3juin, au musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain.

Après le Louvre en 2014, l’exposition "Le Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne" s’ouvre aujourd’hui à Rabat, au tout nouveau musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain. Un évènement culturel majeur, qui intervient dans un contexte assez particulier. "C’est un message de tolérance et d’ouverture qu’envoie le Maroc au reste du monde, au moment où la culture, l’histoire, sont massacrés par la barbarie en Irak", souligne Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées. 

Diaporama présentant quelques oeuvres exposée à Paris en 2014 :  

Age d’or

L’exposition, qui a drainé pas moins de 170 000 visiteurs lors de son passage au Musée du Louvre, propose une relecture de l’époque s’étalant du XIe au XVe siècle. Une période considérée par les historiens comme l’âge d’or de la civilisation islamique en Occident. Le Maroc est alors dirigé successivement par les dynasties Almoravide, Almohade et Mérinide. Trois dynasties qui ont pu asseoir l’unité de l’État marocain qui régnait sur un vaste territoire s’étalant de l’Afrique Subsaharienne au sud, à l’Espagne au nord, en passant par les provinces du pays du Maghreb. 

L’exposition comprend ainsi près de 220 œuvres artistiques, qui reflètent ce qu’a accompli le Maroc durant cette période médiévale dans les domaines de l’architecture, de la céramique, du textile, de la calligraphie et de la production de livres et de manuscrits. Une période de foisonnement culturel et scientifique qui a eu des effets indéniables sur la Renaissance européenne, à travers l’héritage philosophique transmis par de grands savants tels que Ibnou Rochd ou encore Maïmonide, dont quelques traces et manuscrits sont exposés dans les allées du musée Mohammed VI.

Des clés pour comprendre le présent

Des manuscrits qui côtoient dans un parcours chronologique des chefs d’oeuvres célèbres  tels que le lustre-cloche de la mosquée al-Qarawiyyin de Fès, ou le fameux Dinar en or des Almohades, considéré à l’époque comme une monnaie de référence, "le dollar de l’ère médiévale", explique Bahija Simo, directrice des Archives royales et commissaire de l’exposition.  Des oeuvres qui dévoilent un Maroc  ouvert, riche et influent sur le monde, véritable carrefour entre l’Afrique et l’Europe. Des thèmes d’une grande actualité : "L’exposition offre au visiteur des clés de compréhension du Maroc contemporain, de ses fondements politiques et de son approche tolérante de l’Islam, qui demeurent les mêmes jusqu’à nos jours ", explique Bahija Simo.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte