Politique

Mali : réunion cruciale à Kidal et casse-tête pour la Minusma

Des membres du MNLA au deuxième round de négociations, à Alger le 1er septembre 2014. © FAROUK BATICHE / AFP

Une réunion de dirigeants traditionnels, de la société civile et de groupes rebelles du Nord-Mali se tient ce mardi à Kidal. Objectif : se mettre d'accord pour parapher - ou non - le pré­accord de paix conclu le 1er mars à Alger.

Les leaders des groupes armés du Nord-Mali, les chefs traditionnels et les représentants de la société civile se réunissent ce 10 mars à Kidal, fief de la rébellion touarègue, pour décider s’il convient de parapher le pré­accord de paix conclu le 1er mars à Alger. Il a fallu pour cela surmonter de redoutables difficultés logistiques.

Désireux d’aboutir à un large consensus, Bilal Ag Acherif, chef du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), souhaitait inviter le plus grand nombre possible de personnalités. Il avait donc sollicité l’aide de Mongi Hamdi, patron de la Minusma. Sa requête ayant été acceptée, des délégations devaient être conduites à Gao par des avions onusiens à partir de Nouakchott, Ouagadougou et Niamey, puis gagner Kidal par hélicoptère.

Seul problème : le 6 mars, les groupes rebelles n’avaient toujours pas communiqué la liste de leurs invités, suscitant chez les responsables onusiens une certaine fébrilité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte