Dossier

Cet article est issu du dossier «50 femmes puissantes»

Voir tout le sommaire
Justice

CPI : Fatou Bensouda et les impatiences centrafricaines

Fatou Bensouda veut se montrer prudente dans les procès à venir en Centrafrique. © ISAAC KASAMANI / AFP

Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), demande à Bangui un peu de patience avant de pouvoir présenter des dossiers solides sur les exactions commises en Centrafrique.

Lors de la visite à Bangui le 25 février de Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), les autorités centrafricaines ont plaidé auprès d’elle pour l’ouverture rapide de procédures contre diverses personnalités soupçonnées de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Réponse de la magistrate (en substance) : "Patience !"

Elle a certes promis de "tout mettre en oeuvre pour diligenter enquêtes et poursuites contre les principaux responsables afin que justice soit rendue aux victimes", mais elle veut être sûre de pouvoir présenter des dossiers solides pour éviter de reproduire les erreurs commises dans les dossiers kényan ou ivoirien.

À Bangui, on comprend cette prudence, mais on aimerait quand même que les choses aillent plus vite. "Il y a des gens qui courent, et on sait très bien qui", explique un proche de la présidente Catherine Samba-Panza.

Lire les autres articles du dossier

«50 femmes puissantes»

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte