Transports

Le Port de San Pedro cherche à lever 180 milliards de F CFA

San Pedro est le deuxième port ivoirien (après Abidjan).

San Pedro est le deuxième port ivoirien (après Abidjan). © Nabil Zorkot pour les Éditions du Jaguar

Dans le cadre de son programme d’extension, le port ivoirien de San Pedro veut lever 180 milliards de F CFA auprès d’institutions financières et de développement internationales. Une tournée de présentation du projet va démarrer en avril.Mis à jour le 06/03/2015, à 13H30 CET : la concession sur le nouveau terminal prévu sur le port de San pedro sera attribuée dans le cadre d’un appel d’offres international.Pour financer son plan d’extension sur la période 2015-2020, le port de San Pedro veut lever 900 milliards de F CFA (1,37 milliard d’euros) en 2015. Environ 720 milliards de F CFA  seront mobilisés sous forme de contrats BOT (Build, Operate & Transfer) concédés à des groupes internationaux dans le cadre d’un partenariat public privé.Le port ivoirien devra lever 180 milliards F CFA sous formes de prêts et de financements directs, remboursés sur les recettes générées par la redevance et la parafiscalité. « Nous sommes en discussions avec plusieurs institutions régionales et internationales », confie Hilaire Lamizana, son directeur général, qui cite la BAD, l’AFD et la Banque islamique de développement. Un roadshow est prévu en avril.AmbitionsLa première phase des investissements concerne l’extension de la superficie du terminal à conteneurs actuel, concédé à Meditteranean Shipping Company, et la construction d’un deuxième terminal dont l’opérateur sera retenu après un appel d’offres international. L’ensemble de ces travaux a un coût estimé 400 milliards de F CFA. À leur conclusion, prévue pour 2018-2019, la surface dédiée aux terminaux passera de 5 à 23 hectares.Initialement centré sur les exportations de bois et de cacao, San Pedro a amorcé sa diversification vers le coton, la noix de cajou et vise désormais l’exportation du fer, du manganèse et des phosphates. Son ambition est d’atteindre un trafic de 25 millions de tonnes à l’horizon 2020 contre 4,7 millions cette année. D’ici à 15 ans, il vise un volume annuel de 75 millions de tonnes.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte