Politique

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, ex-rebelle haut perché

Par
Mis à jour le 9 juin 2015 à 13:09

Décideurs politiques, acteurs économiques, leaders de la société civile, personnalités des médias et de la culture… Jeune Afrique dresse la liste des figures les plus influentes de la Côte d’Ivoire.

L’ancien secrétaire général de la rébellion des Forces nouvelles, devenu Premier ministre par la grâce des accords de Ouagadougou en 2007 (poste qu’il occupa jusqu’en 2012), est le deuxième homme fort du pays après le chef de l’État, dont il est le dauphin constitutionnel.

Guillaume Soro, 42 ans, bénéficie de la confiance du président, qu’il a soutenu face à Laurent Gbagbo pendant la crise postélectorale de 2010, et Alassane Ouattara n’hésite pas à lui confier de discrètes missions en Côte d’Ivoire ou à l’étranger, comme ce fut le cas au moment de la crise au Burkina Faso, où Soro compte de nombreux amis. Il n’est pas rare non plus que Ouattara le consulte sur des dossiers chauds qui n’ont pas grand-chose à voir avec ses fonctions de président de l’Assemblée nationale – Soro a conservé une certaine influence sur les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), partiellement issues des Forces nouvelles…

L’ancien président Henri Konan Bédié lui donne du « mon fils » et Soro a participé au conclave du 16 septembre 2014, à Daoukro, à l’issue duquel le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s’est rallié à la candidature de Ouattara à la présidentielle de 2016. Il se murmure, à Abidjan, que Soro se verrait bien devenir le directeur de campagne du président sortant.

Voir aussi les autres portraits du dossier