Culture

Série TV : l’empire des sons de Lee Daniels

Dollars, pouvoir, sexe, musique, ambition... De quoi faire de la saga un soap à succès.

Dollars, pouvoir, sexe, musique, ambition... De quoi faire de la saga un soap à succès. © DR

Fox TV a créé la surprise, début 2015, en lançant une série qui nous plonge dans l’intimité d’une famille africaine-américaine à la tête d’une grosse maison de disques. Un carton en matière d’audience.

Un Dynastie noir. C’est en référence à la célèbre série fleuve des années 1980 que le réalisateur Lee Daniels (Precious, Paperboy, Le Majordome…) présente son nouveau bébé, la série télévisée Empire, diffusée depuis le 7 janvier sur Fox aux États-Unis. Ce soap, qui bat des records d’audience (11,4 millions de spectateurs pour le cinquième épisode), retrace l’histoire de la famille africaine-américaine Lyon et de son patriarche, Lucious, incarné par l’excellent Terrence Howard.

Lucious a fait fortune en bâtissant Empire, une maison de disques où signent les plus grands noms du hip-hop. Mais, en apprenant qu’il est atteint d’une maladie auto-immune incurable – il lui reste plus ou moins trois ans à vivre -, il décide d’introduire son entreprise en Bourse et de lancer ses trois fils dans une compétition pour les rênes du business.

Voilà donc une bataille fratricide qui s’annonce entre le jeune Hakeem, rappeur bling-bling qui se jette à corps perdu dans la fête, Jamal, le compositeur de talent, et Andre, le businessman diplômé. Bataille dans laquelle il faudra composer avec le personnage essentiel de Cookie, la mère, qui entend bien se tailler la part du lion après dix-sept années passées en détention pour avoir protégé son ingrat de mari dans une affaire de stupéfiants, avant que celui-ci sorte le disque qui fit exploser sa carrière.

On l’aura compris, cette nouvelle venue dans le monde impitoyable des séries joue la carte traditionnelle du soap drapé de Vuitton : un clan fortuné, la maladie, l’amour, l’ambition et des trahisons qui vont coûter la vie à certains. Si la série ne brille pas par son originalité, elle surprend en exposant un milieu socio-économique particulier : celui d’une famille africaine-américaine dans le monde de la musique. Elle révèle les moeurs d’un clan issu des ghettos qui s’est enrichi en une trentaine d’années, à mesure que la culture hip-hop se muait en une industrie internationale rapportant des centaines de millions de dollars.

La série s’attaque à l’homophobie, forte dans le milieu du hip-hop

En regardant la famille Lyon, comment ne pas penser aux trajectoires folles de légendes du hip-hop telles que Jay Z, Kanye West, Puff Daddy ou encore et surtout Dr. Dre. Ce dernier est en effet passé du statut de prodige du gangsta rap, du début des années 1990, à celui de super-producteur, patron de la marque d’écouteurs Beats – dont le rachat par Apple en 2014 fit de lui le rappeur le plus riche de l’histoire de la musique.

Mais la série s’attaque aussi à l’homophobie, réputée forte dans le milieu du hip-hop, à travers le personnage de Jamal, fils mal-aimé en raison de son homosexualité. On se souviendra du coming out aussi rare que courageux du chanteur californien d’Odd Future, Frank Ocean, en 2012.

Des personnages sans réelle épaisseur

Malheureusement, la série est loin d’être à l’industrie du rap ce que Mad Men est au monde de la publicité. Avec des personnages sans réelle épaisseur, elle dénonce beaucoup, sans jamais expliquer. Diffusée en prime time, elle est surtout conçue comme un divertissement qui doit plaire au plus grand nombre et avancer à grand renfort de rebondissements, parfois un peu ridicules.

Finalement, ce qu’elle réussit le mieux, c’est la mise en scène même de la création artistique. Les producteurs ont confié cette partie à un producteur phare des années 2000, Timbaland, qui livre pour chaque épisode une dizaine de titres inédits de bonne facture. Rien que pour cela, on continuera de suivre le déclin annoncé de cet Empire du rap américain.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte