Défense

Niger : une bombe larguée depuis un avion « non-identifié » tue au moins vingt personnes

Des personnes fuyant les violences de Boko Haram, près de la frontière Niger-Nigeria. © AFP

Au moins 20 personnes ont été tuées mardi après-midi par la bombe d'un avion "non identifié" tombée sur une cérémonie funéraire à Abadam, un village du sud-est du Niger frontalier avec le Nigeria.

Les circonstances du bombardement sont encore floues. Au moins 20 personnes sont mortes mardi 17 février lorsqu’une bombe larguée par un avion "non identifié" est tombée en pleine cérémonie funéraire sur Abadam, village divisé par un cours d’eau dont une partie se trouve au Niger et l’autre au Nigeria.

"Les victimes sont des habitants qui assistaient à une cérémonie de deuil d’un responsable préfectoral", a déclaré une source humanitaire, pour qui la catastrophe a fait "entre 20 et 30 morts". Deux élus locaux ont eux fait état de "31 ou 32 morts et 20 blessés", touchés lors du largage d’une bombe par "un avion non identifié" près de la mosquée d’Abadam. Seule la partie nigérienne du village aurait été touchée par la bombe.

Les armées nigérienne et tchadienne sont actuellement mobilisées à la frontière nigéro-nigériane pour lutter contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram, qui multiplie les attaques en territoire nigérien depuis deux semaines. Selon les deux élus, les armées du Niger et du Tchad "excluent toute responsabilité" dans le largage de la bombe.

>> Lire aussi Cameroun, Niger, Tchad : la carte des réfugiés terrorisés par Boko Haram

Soupçons sur l’armée nigériane

"Dans un premier temps, nous avions pensé à une bavure de l’armée nigérienne ou tchadienne, mais finalement, nos soupçons se portent vers l’armée nigériane", a déclaré un élu de Bosso, ville située à moins de 10 kilomètres d’Abadam, qui fait état de "37 morts et plus de 20 blessés". D’après cet homme, une première bombe était tombée "il y a trois jours" sur le village de Gamgara, également situé à proximité de Bosso, "faisant un mort".

Le porte-parole de l’armée de l’air nigériane Dele Alonge a démenti l’implication du Nigeria dans un tel incident, dont il n’a "pas connaissance". "Il n’y a eu aucun rapport venant de nos troupes sur un tel incident", a-t-il dit.

>> Lire aussi Boko Haram : plusieurs dizaines de suspects nigériens arrêtés près de Zinder, au Niger

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte