Politique

Cartographie – Centrafrique : le difficile redéploiement de l’administration

| Par
L’hôtel de ville de Bria.

L'hôtel de ville de Bria. © AFP

Alors que les élections présidentielle et législatives sont censées se tenir avant août, l’administration se redéploie difficilement en Centrafrique. Les détails, préfecture par préfecture.

Mis à jour à 18 heures 40

C’est une course contre la montre dont le départ a été donné le 10 février. Ce jour-là, les Casques bleus de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), appuyés par des soldats français de l’opération Sangaris, procèdent à la reprise de certains édifices publics à Bria (500 km à l’est de Bangui), occupés illégalement par les éléments armés ex-Séléka. Hostiles, les rebelles tentent d’abord de faire résistance avant de reculer face à la riposte des forces internationales. Bilan : entre 7 et 9 morts côté Séléka.

>> Lire aussi : les forces internationales chassent l’ex-Séléka des bâtiments officiels de Bria

Des démarches indentiques sont actuellement en cours à Bambari (Centre) où les hommes du général Alkhatim ont établi leur quartier général depuis de long mois. L’objectif est clair : libérer les édifices publics (préfectures, sous-préfectures) occupés par les groupes armés, ex-Séléka et anti-balaka. Un peu plus de six mois des élections présidentielle et législatives (qui doivent se tenir d’ici août), le redéploiement de l’administration est en cours. Mais s’effectue lentement. Seulement un tiers des résidences des administrateurs préfectoraux sont effectivement occupées par une autorité nommée par l’État, tandis que les Séléka et anti-balaka occupent respectivement 11,1% et 2,5%. Certains préfectures ou sous-préfectures restent encore abandonnées. C’est le résultat d’une enquête menée par le Pnud (Programme des nations unies pour le développement).

Mais libérer les bâtiments ne sera pas suffisant. Les résidences des autorités administratives ont été la cible des actes de vandalisme perpétrés pendant la crise. Ainsi, un peu moins de la moitié des résidences des préfets et des sous-préfets nécessitent une réhabilitation totale. 56,3% des bâtiments des bureaux administratifs des préfets sont entièrement non fonctionnels contre 64,8% pour les sous-préfectures. 12,5% des bureaux des préfectures contre 18,3% des sous-préfectures ont été délocalisés à cause du pillage ou pour des raisons d’insécurité.

Le rédéploiement de l’administration, par préfecture et par sous-préfecture (Source : PNUD)

(Cliquez sur les régions pour lire les informations sur les préfectures et sur les points pour les sous-préfectures)
 

_________________

Par Vincent DUHEM

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer