Société

Jacob Zuma aux Blancs sud-africains : « Je n’ai jamais été raciste »

« L’Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, Noirs comme Blancs », a lancé jeudi devant le Parlement le président Jacob Zuma.

Par
Mis à jour le 19 février 2015 à 18:39

Jeudi 19 février devant le Parlement, Jacob Zuma a voulu rassurer ceux qui auraient pu s’inquiéter de sa dernière sortie polémique lors d’un rassemblement de l’ANC (Congrès national africain) en janvier où il avait affirmé que "tous les problèmes de l’Afrique du Sud" avaient débuté avec l’arrivée des Blancs, il y a 300 ans, au XVIIe siècle.

"L’Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, noirs comme blancs", a-t-il déclaré. "Nous sommes une nation arc-en-ciel, personne ne vous chassera. Il ne doit pas y avoir de crainte", a poursuivi le président sud-africain.

Il a également précisé que le projet de loi censé corriger les déséquilibres hérités de la colonisation et de l’apartheid ne n’appliquait qu’aux propriété agricoles et ne toucherait nullement les achats de résidences d’habitation. Cette loi, limitant la propriété et empêchant les étrangers d’acquérir du foncier, devrait être votée cette année.

Zuma débordé sur sa gauche

Sa déclaration intervient une semaine après le discours annuel sur l’État à la nation sud-africaine. Un exercice qui a tourné au pugilat. Jacob Zuma a été interrompu par plusieurs députés du parti de Julius Malema qui l’ont interpellé au sujet d’un scandale sur l’utilisation de fonds publics pour la rénovation de sa résidence privée.

>> Lire aussi : Malema interpelle Zuma, échauffourées au Parlement

Après 30 minutes d’échauffourées, la présidente de l’Assemblée a finalement appelé les forces de l’ordre. Malema et ses députés ont été violemment expulsés du Parlement par les forces de sécurité. Vingt-cinq députés ont ainsi été évacués et plusieurs d’entre eux blessés.

(Avec AFP)