Culture

Cinéma : « Selma », le chevalier noir des Oscars

Mis à jour le 20 février 2015 à 15:30

Nommé dans seulement deux catégories, le long-métrage réalisé par Ava DuVernay peut encore décrocher l’Oscar du meilleur film. Ce qui serait une première pour une réalisatrice africaine-américaine.

La 87e cérémonie des Oscars qui se déroulera au Dolby Theatre de Los Angeles dimanche 22 février est déjà décrite par la presse américaine comme "la plus blanche" depuis 1998. Le portrait robot de l’oscarisable de cette année ? Un vieux mâle pâlichon. Les commentateurs se sont amusés à faire le décompte : 94 % des personnes nommées sont blanches, 76 % sont des hommes et leur moyenne d’âge est de 63 ans.

Pourtant, un film peut encore jouer les trouble-fêtes dans cette "white party" : Selma, le long-métrage de la réalisatrice africaine-américaine Ava DuVernay. Le film qui doit sortir dans les salles françaises le 11 mars prochain raconte le combat de Marthin Luther King pour l’extension du droit de vote à tous les citoyens américains, et notamment les marches de Selma à Montgomery en Alabama. Certes, ils n’a été nommé que dans deux catégories assez secondaires : meilleure chanson originale et meilleure photographie. Et ses acteurs phares, à commencer par David Oyelowo qui interprète Martin Luther King, ont tous été snobés par le jury.

>> Lire aussi : la journaliste Mélanie Gouby, au coeur du documentaire Virunga, produit par Leonardo Dicaprio et en lice pour les Oscars

Succès critique et public

Mais il y a un mais. Selma peut encore décrocher l’Oscar du meilleur film, ce qui serait une première pour un long-métrage réalisé par une femme noire. Ce prix sanctionnerait alors un succès critique (Selma est déjà multi-récompensé et a été accueilli très favorablement par la presse) et public. Depuis sa sortie dans les salles américaines le 25 décembre dernier, la superproduction a déjà engrangé plus de 48 millions de dollars (42 millions d’euros).

Cela ferait peut-être aussi oublier quelques difficultés rencontrées lors du tournage. La réalisatrice, par exemple, a été obligée de réécrire tous les discours du pasteur et notamment son célèbre "I Have a Dream". Les descendants de Luther King en avaient en effet cédé les droits aux sociétés Warner Bros et Dreamworks pour un autre biopic qui pourrait être tourné par Steven Spielberg.

>> Bande annonce de Selma :