Politique

Boko Haram : attaque meurtrière au Niger sur une île du lac Tchad

Par
Mis à jour le 3 mars 2015 à 09:17

Des combattants de Boko Haram ont pris d’assaut dimanche soir une île située dans les eaux nigériennes du lac Tchad. Aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat, mais des sources locales redoutent un nombre important de noyés.

Une radio privée nigérienne a fait état de deux morts et de l’incendie du village se trouvant sur cette île attaquée dans la nuit de dimanche à lundi par Boko Haram. Mais un rescapé de l’assaut redoute des pertes humaines plus importantes. "Beaucoup de personnes ont sauté dans le lac pour fuir l’attaque. Je pense que beaucoup se sont noyées, en particulier des femmes et des enfants", a estimé cet homme, qui a réussi à s’enfuir avec sa famille dans une barque transportant une quarantaine de personnes.

>> Lire aussi Boko Haram : la sale guerre a commencé

L’assaut a été mené vers 19h00 locales (18h00 GMT) dimanche. "Nous venions de finir les prières du soir quand les assaillants sont arrivés dans un bateau rapide. Ils ont commencé à tirer sur le village et à jeter des explosifs dans nos maisons", selon ce rescapé, qui s’est blessé à une jambe dans sa fuite. "Personne ne sait combien de personnes sont mortes durant l’attaque. Mais beaucoup d’habitants ont sauté dans le lac et on pense qu’ils se sont noyés", a pour sa part observé Abubakar Gamandi, en charge d’un syndicat de pêcheurs de l’État de Borno (nord-est du Nigeria).

Absence des militaires nigériens

"L’armée nigérienne n’est pas présente sur place", s’est justifié un député, également au courant de l’attaque sans pouvoir en préciser les circonstances. D’après le syndicaliste, beaucoup d’habitants de l’île sont originaires de Baga et Doron-Baga, deux villes nigérianes sur la rive du lac Tchad conquises début janvier par Boko Haram, qui y a massacré des centaines de civils, provoquant la fuite des rescapés. L’armée nigériane a affirmé fin février avoir repris la ville aux islamistes.

>> Lire aussi Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le 20 février, sept soldats nigériens et quize combattants de Boko Haram, ainsi qu’un civil, avaient été tués dans des combats survenus sur l’île nigérienne de Karamga, sur le lac Tchad, attaquée par le groupe islamiste armé.

(Avec AFP)