Banque

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Afriland First Bank espère ouvrir de nouvelles agences dédiées à la finance islamique. DR

Afriland First Bank espère ouvrir de nouvelles agences dédiées à la finance islamique. DR ©

Le groupe bancaire camerounais vient d’ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première au Cameroun et en Afrique centrale.

Le 20 février, Afriland First Bank (AFB) s’est officiellement lancée dans la finance islamique. Cela se traduit notamment par l’ouverture à Yaoundé, la capitale du Cameroun, d’une agence dédiée, proposant des produits bancaires conformes à la charia : une première dans le pays et en Afrique centrale.

D’autres agences spécialisées ouvriront leurs portes dans le pays et dans la région, a fait savoir le groupe bancaire qui est implanté notamment en RD Congo, en Guinée équatoriale et à Sao Tomé-et-Principe.

« Nous tablons sur 2 milliards de F CFA [3 millions d’euros] crédits et la collecte de 3 milliards de F CFA à travers les comptes chèques islamiques, durant la première année », avance Youssoufa Bouba, le directeur de la finance spécialisée à AFB. Pour se lancer dans la finance islamique, le groupe bancaire camerounais a bénéficié durant les trois dernières années de l’accompagnement de la Société internationale de développement du secteur privé (SID). La filiale de la Banque islamique de développement (BID) a contribué au choix des produits, à la formation du personnel et a apporté son assistance en termes de conseils, notamment dans l’acquisition du module informatique de gestion.

>>>> Voir aussi : Burkina Faso : Coris Bank se lance dans la finance islamique

Cible

Pour Afriland First Bank, environ 40 % de la population camerounaise – plus particulièrement les musulmans (20 % du pays), mais pas seulement – peut être attirée par les offres de la finance islamique.

Le groupe bancaire avait jeté les bases de son ouverture vers ces produits financiers en 2000, à travers la création d’un compte de dépôt islamique, suivi deux années plus tard par la mise en place d’un guichet unique dédié au pèlerinage à la Mecque, qui s’est traduit par des opérations de préfinancement de 5 milliards de F CFA en moyenne par an, selon Alphonse Nafack, le directeur général de la filiale camerounaise d’AFB.

Mobilisant plus de 500 institutions parmi lesquelles les grands groupes mondiaux, l’industrie de la finance islamique est en plein essor de par le monde. Le total de ses actifs se situe entre 1300 et 1800 milliards de dollars et pourrait atteindre 2800 milliards de dollars en 2020.

>>> Lire aussi – Ahmad Mohamed Ali : « La finance islamique n’est pas réservée aux musulmans »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte