Économie

Gabon-France : le casse-tête Veolia

Par
Mis à jour le 23 février 2015 à 09:01

Le président Ali Bongo Ondimba a reçu Antoine Frérot, le PDG de Veolia, lors de son dernier séjour à Paris, début février. Au menu des échanges : le renouvellement de la concession accordée à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg).

Soumis à d’intenses pressions élyséennes – preuve de la persistance de pratiques en vigueur sous Nicolas Sarkozy et ses prédécesseurs -, Ali Bongo Ondimba (ABO) a accepté de recevoir Antoine Frérot, le patron de Veolia, lors de son dernier séjour à Paris, début février, a appris Jeune Afrique.

Concession

L’objectif de la France est de s’assurer que la concession accordée à Veolia, via la Société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg), sa filiale, sera reconduite quand elle arrivera à expiration, en 2017. ABO n’a pas encore pris sa décision, mais il lui sera très difficile d’accéder à ce « souhait » alors que se profile l’élection présidentielle (en 2016) : la Seeg est vouée aux gémonies par les Gabonais, qui la rendent responsable des délestages d’électricité et d’eau dont ils sont périodiquement les victimes, à Libreville notamment.

Ce qui avait d’ailleurs incité l’État à commander un audit et à lancer ses propres projets énergétiques pour compenser les carences et le manque d’investissements de l’opérateur privé.