Agroalimentaire

La Côte d’Ivoire relance son Salon de l’agriculture

| Par Jeune Afrique
Vue d’une palmeraie de l’opérateur ivoirien Palmci. Pour rattraper son retard dans le financement de ce secteur, la Côte d’Ivoire a lancé un vaste Programme national d’investissement agricole en 2012.

Vue d'une palmeraie de l'opérateur ivoirien Palmci. Pour rattraper son retard dans le financement de ce secteur, la Côte d'Ivoire a lancé un vaste Programme national d'investissement agricole en 2012. © Camille Millerand/JA

La Côte d’Ivoire relance son Salon de l’agriculture, après seize ans d’interruption, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers. Pour cet événement, prévu en avril prochain à Abidjan, le gouvernement ivoirien attend 250 000 visiteurs.

Première puissance agricole en Afrique occidentale francophone, la Côte d’Ivoire relance son Salon de l’agriculture, suspendu depuis 1999, dans l’espoir d’attirer des investisseurs étrangers, a annoncé le 25 février à Paris le ministre ivoirien en charge de ce portefeuille.

« La sous-région, cela fait 300 millions d’habitants » a souligné Mamadou Sangafowa Coulibaly à Paris, évoquant la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), invitée à l’événement qui se tiendra du 3 au 12 avril à Abidjan, après 16 ans d’interruption en raison de la division du pays et des violences.

Transformation

« Nous voulons tirer avantage de la croissance de notre agriculture pour attirer des investisseurs, partager nos expériences et que nos coopératives et nos producteurs puissent accéder au marché », a-t-il indiqué à la presse en marge du Salon international de l’agriculture, qui se tient à Paris du 21 février au 1er mars.

L’objectif principal de la Côte d’Ivoire est d’attirer des transformateurs qui viendront aider le pays à valoriser sur place ses principales productions, en croissance de 9 % par an sur les trois dernières années pour les cultures de rentes, dont le cacao, et de 25 % pour les cultures vivrières. « Nous transformons à peine 20 % de ce que nous produisons », a regretté le ministre ivoirien.

>>>>> La Côte d’Ivoire bientôt leader mondial de la transformation du cacao

« Nous accueillons déjà des entrepreneurs de Chine, d’Inde, notre économie est relancée, le cadre macroéconomique assaini, il y a des opportunités pour les entreprises françaises », a-t-il insisté. Mamadou Sangafowa Coulibaly a cité également les besoins de consommation intérieure, telle la production de riz (1,3 million de tonnes, qui doit être portée à 1,6 million de tonnes pour répondre aux besoins) ou le lait et la viande, branches dans lesquelles le pays accuse un déficit.

Depuis 2011, la Côte d’Ivoire « a créé un million d’emplois répertoriés, dont 633 000 dans l’agriculture qui représente les deux-tiers » de la population active, selon le ministre ivoirien de l’Agriculture. Pour le Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (Sara), le pays attend 250 000 visiteurs.

>>>> Pour aller plus loin – Côte d’Ivoire : 24 millions d’hectares mis à la disposition des investisseurs agricoles privés 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer