Energie

Tullow Oil, victime du litige frontalier entre le Ghana et la Côte d’Ivoire

© Tullow Oil

Le titre du producteur d'hydrocarbures britannique Tullow Oil a enregistré un net recul à la Bourse de Londres, suite à une requête du gouvernement ivoirien demandant la suspension de l'exploration pétrolière dans une zone maritime que se disputent la Côte d'Ivoire et le Ghana.

Les autorités ivoiriennes ont demandé au Tribunal international du droit de la mer d’ordonner la suspension des activités d’exploration pétrolière et gazière dans une zone maritime que se disputent la Côte d’Ivoire et le Ghana. Cette requête a été introduite dans le cadre de la procédure en délimitation de frontières lancée par Accra et Abidjan devant le Tribunal international du droit de la mer, en septembre dernier, après l’échec des négociations sur le tracé de leurs frontières maritimes.

Zone maritime

Première victime officielle de ce conflit : Tullow Oil. Le groupe britannique, qui a obtenu une licence du Ghana pour le développement du projet Tweneboa-Enyenra-Ntomme (TEN) sur le bloc offshore Deepwater Tano, situé dans la zone maritime que les deux pays se disputent, a été informé par Accra de la requête des autorités ivoiriennes.

L’information rendue publique aujourd’hui a entraîné une chute de 7,75 % du titre Tullow Oil à la Bourse de Londres.

Carte Tullow Oil GhanaSelon l’entreprise pétrolière, la décision du Tribunal international du droit de la mer sur la demande de suspension déposée par la Côte-d’Ivoire est attendue pour fin avril. Le jugement définitif sur le différend frontalier ivoiro-ghanéen est lui attendu pour la fin de l’année 2017.

La requête déposée par Abidjan intervient dans un contexte difficile pour le groupe britannique. Tullow Oil, qui s’est fait un nom grâce à la découverte du champ Jubilee au Ghana et qui réalise plus des trois quarts de ses revenus en Afrique, sort d’une année 2014 éprouvante durant laquelle la junior pétrolière a enregistré une perte de 1,6 milliards de dollars.

Optimisme

L’entreprise se veut néanmoins optimiste et indique que les opérations se poursuivent sur le projet TEN, pour un démarrage de la production attendu mi-2016. « Selon les avis juridiques que nous avons reçus, le dossier du Ghana est solide au regard du droit international [et le délimité de la frontière] sera confirmé par le Tribunal ».

« Il est dans le meilleur intérêt de toutes les parties que le projet TEN continue à aller de l’avant sans délai et sans être entravé par des tactiques juridiques de pareille nature », a averti Aidan Heavey, patron de Tullow Oil.

>>>>> Lire aussi – Afrique : 70 % des frontières maritimes encore indéterminées

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte