Économie

Maroc : Servair s’arrime à la RAM

Mis à jour le 12 février 2013 à 15:18

Le transporteur national Royal Air Maroc et le français Servair ont conclu une convention de partenariat stratégique pour l’exploitation de l’activité du catering aérien. Aux termes de cette convention, Servair acquiert 40% du capital d’ACAS (Atlas Catering Airlines Services) jusque-là filiale à 100% de la RAM.

En prenant 40% des parts d’Atlas catering airlines services, filiale de la Royal Air Maroc (RAM), le groupe français de restauration Servair prend pied dans le royaume chérifien, l’un des plus gros marchés aériens du continent. Le 11 février, un accord a été conclu en ce sens à Casablanca par les états-majors de ces deux sociétés. Troisième acteur mondial du catering aérien, Servair, qui réalisait 73,3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011, propriété à 94% d’Air France, a fait une percée notable en Afrique subsaharienne. Il est aujourd’hui  leader de ce marché avec de grands clients locaux comme Kenya Airways,  South African Airways ou Ethiopian Airlines, en plus de ses clients internationaux habituels Air France, Emirates et Delta Airlines. Il lui manquait une « carte » maghrébine pour doper son chiffre d’affaires au nord du continent.

Ravitaillement

Le Français travaillait déjà pour la RAM : en Afrique de l’Ouest, elle assurait son ravitaillement en repas, notamment à Dakar et Lagos. Côté marocain, cette prise de participation s’inscrit dans le plan de restructuration de la compagnie, qui prévoyait de se désengager de ses activités déficitaires en dehors de son cœur de métier aérien. Suite à son appel d’offre en juin dernier pour trouver un partenaire prêt à entrer au capital d’Atlas catering airlines services, les 7 plus grands acteurs du secteur s’étaient positionnés. Au-delà de son offre financière, – dont le montant n’a pas été divulgué – Servair a semble-t-il séduit les Marocains par sa bonne connaissance des besoins de la RAM, mais aussi par l’étendue de son réseau en Afrique francophone, une région ou la compagnie chérifienne est très active.

Après la signature de l’accord, la nouvelle entité, renommée Atlas Servair, qui compte 750 salariés , répartis sur 3 sites (à Casablanca, Marrakech et Agadir) – se focalisera sur la réduction de ses coûts de fonctionnement et d’approvisionnement, sous la houlette des professionnels de Servair. Avant, dans quelques mois, une prise de participation majoritaire ?