Archives

L’offensive des banques méditerranéennes

| Écrit par Pascal

Comme l’Europe originelle voulue par Jean Monnet, l’Union pour la Méditerranée sera d’abord économique avant, peut-être un jour, de devenir politique. L’initiative prise le 7 juillet par neuf grands groupes bancaires des deux rives méditerranéennes est significative de cette volonté. Le Crédit immobilier et hôtelier, Al Amana, Attijariwafa Bank (Maroc), la Banque d’Alexandrie (Égypte), la Banque internationale arabe de Tunisie, la Banque tuniso-koweïtienne, la Confédération nationale des caisses d’épargne espagnoles, la Caisse d’épargne (France) et Intesa Sanpaolo (Italie) ont créé un groupe de travail pour faciliter les transferts d’argent des migrants vivant en Europe vers leurs pays d’origine. L’objectif est de bancariser les acteurs dans une optique d’investissement productif, de développement des activités des PME et de financement de projets d’infrastructures. Si les établissements du sud de la Méditerranée – notamment la Banque Chaabi, la BMCE, Attijariwafa Bank et la Banque internationale arabe (à capitaux algériens) – ont investi ce marché depuis déjà quelques années, leurs confrères européens commencent juste à s’y intéresser. En 2005, LCL a mis en place un système de double relation bancaire destiné à ses clients d’origine marocaine, qui peuvent plus facilement ouvrir et gérer un compte au Crédit du Maroc. Depuis 2007, la Société générale propose divers produits à sa clientèle africaine, dont le transfert d’argent, à un tarif d’autant plus avantageux que la somme sera versée sur un compte de l’une de ses filiales sur le continent. Mais cette manne financière transite encore essentiellement par des opérateurs spécialisés comme les américains Western Union et Moneygram, le britannique Travelex et les sociétés postales à des tarifs relativement élevés. Les transferts réalisés du nord vers le sud de la Méditerranée représentent plus de 10 milliards d’euros par an, en croissance annuelle de près de 15 %. En investissant un marché porteur, les banques devraient faire baisser les coûts des opérations et diversifier l’offre à la clientèle.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer