Archives

Algérie Télécom passe à l’offensive… médiatique

Moussa Benhamadi, le patron d’Algérie Télécom (AT), s’est montré hyperactif ces derniers jours, communiquant à tout-va sur la situation de l’opérateur de téléphonie public. À l’occasion de l’Aïd déjà, il avait adressé une lettre ouverte à ses employés – mise en ligne le 5 octobre sur le site Internet d’AT -, auxquels il rendait hommage tout en les appelant à se mobiliser pour donner « un nouvel élan » à l’entreprise. Puis il s’est plié à l’exercice de la communication externe, entre conférence de presse et interventions dans les médias algériens. Voilà qui tranche avec le silence radio qu’il entretenait depuis sa nomination en juin 2008, après le limogeage brutal de son prédécesseur.
Les raisons d’une telle offensive ? Moussa Benhamadi veut rassurer sur la santé financière d’Algérie Télécom. L’entreprise publique ne va pas bien, cela se sait. Mais jusqu’à quel point ? Cela reste flou. AT a des difficultés, certes, mais a les moyens de les surmonter, répond le PDG. Et la privatisation si souvent repoussée ? Moussa Benhamadi a été clair : c’est à l’État algérien de décider. Sa priorité ? Se renforcer sur le marché national et assainir les finances du groupe. AT « n’est pas en faillite », a-t-il assuré, tout en chiffrant les créances non recouvrées (surtout auprès de l’administration) à 70 milliards de DA (environ 860 millions d’euros) et la perte sèche des vols de câbles téléphoniques à 300 millions
Autre doléance du PDG : que l’État l’aide à assumer son obligation de service public en tenant compte des réalités économiques. En 2007, AT avait été forcée, sans contrepartie financière, de réduire de 50 % les tarifs ADSL de sa filiale Internet Djaweb. Pour en faciliter la gestion, Djaweb a réintégré le giron d’AT le 11 octobre. Par ailleurs, le PDG entend renforcer et moderniser le réseau (architecture Next Generation Network, fibre optique) ; favoriser les transferts de technologies via des partenariats ; améliorer la qualité et la réactivité de la relation clients ; et changer la culture managériale du groupe. Sans oublier le développement de l’activité de centres d’appels, qui devait prendre son essor cette année.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte