Archives

Ould Ghazouani en « missi dominici » à Paris

Le 15 septembre, à la mi-journée, le général Mohamed Ould Ghazouani a été reçu à l’Élysée par le secrétaire général de la présidence, Claude Guéant. Numéro deux du Haut Conseil d’État, chef d’état-major, il est un proche compagnon d’Ould Abdelaziz, dont il fut le condisciple à l’académie militaire de Meknès (Maroc). C’est donc en missi dominici du chef de la junte que Ould Ghazouani, d’un caractère plus tempéré que son acolyte, s’est rendu à Paris. Mais ses arguments n’ont pas infléchi la position de la France, qui, les jours suivants, continuait d’exiger la libération et le rétablissement dans ses fonctions de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.
Le compte rendu du séjour à Nouakchott de Ramtane Lamamra, le commissaire chargé de la paix et de la sécurité à l’Union africaine (UA), n’a pas facilité l’opération de charme de la junte : rentré le 16 de Mauritanie, Lamamra a confié, notamment au commissaire européen au Développement Louis Michel et au secrétaire d’État français à la Coopération Alain Joyandet, qu’il n’avait pas pu rencontrer Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Envoyé en Mauritanie par le président de la commission de l’UA, Jean Ping – qui, estimant que Ould Abdelaziz n’avait pas tenu ses engagements, ne tenait pas à y retourner -, il n’a obtenu aucune concession du Haut Conseil d’État, pas même la libération de Sidi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte