Archives

Togo : nouveau scrutin à la FTF

Après presque deux ans de querelles intestines, la Fédération togolaise de football (FTF) va devoir élire, le 18 janvier, une nouvelle direction.

Par - Faouzi
Mis à jour le 22 novembre 2008 à 23:00

Dès son élection en janvier 2007, le président de la FTF, Tata Avlessi, s’est heurté à l’hostilité du vice-président Gabriel Ameyi, du secrétaire général Espoir Komlan Assogbavi et du trésorier Tino Adjété. Deux mois plus tard, alors que le Championnat d’Afrique des Nations des moins de 17 ans bat son plein à Lomé, Tata Avlessi est accusé d’avoir fait remettre une enveloppe contenant 1,1 million de F CFA à l’arbitre gambien du match Togo-Tunisie. Le 7 juillet, sur la foi de témoignages à charge, la CAF suspend le président pour huit ans, sanction transformée en radiation à vie en septembre par le jury d’appel. Mais Tata Avlessi a finalement eu gain de cause en mars 2008 devant le Tribunal arbitral du sport. Et il a été rétabli dans ses droits. Toutefois, au sein de la fédération, le clan Ameyi-Assogbavi-Adjété n’a pas désarmé et multiplie les manuvres de blocage. À l’occasion de la rencontre Togo-Swaziland, disputée le 11 octobre à Accra du fait de la suspension du stade de Lomé, Tata Avlessi a été déclaré persona non grata par l’ambassadeur du Togo au Ghana.
La Fédération internationale de football (Fifa), qui a chargé le cabinet KPMG d’auditer sur les finances de la FTF depuis le Mondial 2006, a reçu le 21 octobre à Zurich Tata Avlessi et une délégation togolaise. Et elle a ordonné de nouvelles élections, sous l’égide d’une commission indépendante présidée par l’Ivoirien Jacques Anouma, membre du comité exécutif de la Fifa. Par ailleurs, le bureau fédéral doit se réunir au moins une fois par mois, en présence de Jacques Anouma. À la réunion de Zurich, l’audit de la FTF a été examiné. KPMG a précisé que ses consultants n’ont eu accès qu’aux comptes de la période durant laquelle Tata Avlessi était en fonctions. On apprend ainsi qu’en février 2007 la FTF a prêté 100 millions de F CFA au ministère de tutelle pour l’organisation du Championnat d’Afrique des moins de 17 ans, somme qui n’a toujours pas été remboursée. Les conclusions de cet audit sont attendues prochainement.