Société

Footballeurs sans abri cherchent terre d’accueil

Par - Fabienne Pompey
Mis à jour le 16 décembre 2008 à 11:40

A la fin de la « Coupe du Monde des sans abri », qui s’est tenue cette année à Melbourne, deux équipes ont disparu : celle du Zimbabwe, huit joueurs, et celle d’Afghanistan, sept joueurs. A la fin du tournois, remporté par l’Afghanistan sur la Russie, ces footballeurs issus de la rue avaient disparu des endroits où ils étaient logés. Selon les services d’immigration, une quinzaine de personne ont demandé l’asile au gouvernement australien.

La compétition, qui depuis 2003 réuni chaque année des joueurs en difficulté venus de tous les coins du monde, s’est tenue du 1er au 7 septembre. Avant même le coup d’envoi de cette coupe du monde des pauvres, des marginaux, ou des victimes de la drogue et de l’alcool, un Kenyan avait fait défection.

« Plus de 56 nations ont participé à la rencontre, et ici on a quand même un style de vie très attractif, certains de ces joueurs viennent de pays où la vie est très difficile, parfois même en guerre », a indiqué dans le journal australien Herald Sun, le maire de Melbourne, Robert Doyle. Il a dit « comprendre ces gens » . Finalement « nous n’avons pas d’autre choix » (que de les accueillir), a ajouté le maire.

En 2006, lors des jeux du Commonwealth, 43 athlètes de différentes nations, dont 14 Sierra-léonais, avaient disparu dans la nature australienne. Aujourd’hui ils sont tous régularisés, 13 travaillent et la plus jeune, 17 ans, vient de passer un diplôme.

L’an dernier, pas moins de 200 jeunes, invités en Australie pour la Journée mondiale de la Jeunesse, ne sont pas rentrés chez eux.