Dossier

Cet article est issu du dossier «Le sacre de Paul Kagamé»

Voir tout le sommaire
Politique

Sans surprise, Paul Kagamé fête sa victoire

Paul Kagame au grand stade de Kigalile 10 août 2010 © AFP

Selon les premiers résultats partiels, Paul Kagamé devrait être triomphalement réélu avec un score sensiblement identique à celui de 2003 – plus de 90 % des suffrages. Ses partisans et lui fêtent déjà sa victoire.

Autour de la candidature de l’archi-favori président sortant Paul Kagamé, c’est la liesse. Les premiers résultats de l’élection qui s’est déroulée la veille sont tombés vers 04H du matin ce mardi 10 juillet. Et ils confirment ce que chacun savait déjà : Kagamé devrait être confortablement réélu.

Selon des résultats partiels fondés sur 11 des 30 circonscriptions du pays, il a ainsi remporté 92,9 % des votes, a annoncé hier soir le président de la commission électorale, Chrysologue Karangwa, devant des dizaines de milliers de partisans du président qui étaient réunis au stade de football Amahoro de Kigali pour célébrer leur victoire toute la nuit, sur des airs de reggae et de chants de leur parti, le Front patriotique rwandais (FPR).

Des partisans du président Kagame brandissent un portrait du président le 10 août 2010 au grand stade de Kigali (crédit photo : AFP/Simon Maina)

Pas de danse présidentiel

Le président Kagame, présent au stade, a lui-même dansé de joie avec sa famille dans sa loge avant de s’adresser à la foule. « Je veux vous remercier d’avoir fait le bon choix et d’avoir attendu jusqu’à maintenant. (…) C’est la victoire du peuple du Rwanda », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que « la suite des résultats viendra demain », mardi. Et ceux-ci devraient confirmer la tendance. D’autres résultats partiels concernant les votes des Rwandais à l’étranger donnaient eux aussi 96,7 % de voix au président sortant.

Élu triomphalement en 2003, avec 95 % des voix lors de la première présidentielle depuis le génocide de 1994 , Paul Kagamé affrontait trois candidats qui l’avaient soutenu en 2003. Parmi les rivaux du président, le score le plus élevé est celui de Jean Damascene Ntawukuriryayo, du parti social démocrate (PSD), qui recueillerait 4,9 % des voix.

Environ 1 400 observateurs assistent au scrutin, parmi lesquels 214 étrangers pour le compte notamment de l’Union africaine (UA) ou du Commonwealth. L’Union européenne (UE), arguant de raisons budgétaires, n’a pas envoyé d’observateurs. Une manière, peut-être, de ne pas cautionner le scrutin, alors que les ONG Reporter sans frontières et Amnesty international accusent le régime de Kigali de ne pas suffisamment développer la démocratie dans le pays. Pour des motifs divers, il n’a été permis à aucun candidat de l’opposition de concourir au scrutin.

Scène de liesse dans le grand stade de Kigali (crédit photo : AFP/Simon Maina)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte