Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : la bombe WikiLeaks»

Voir tout le sommaire
Politique

WikiLeaks : vraie-fausse indifférence au Palais

Mohammed VI à Tanger le 28 juin 2010.

Mohammed VI à Tanger le 28 juin 2010. © AFP

Au Maroc, on tient à faire des révélations de WikiLeaks un non-événement. Beaucoup de télégrammes envoyés de l’ambassade américaine à Rabat abordent des sujets qui ne sont pas de nature à embarrasser le pouvoir.

Plusieurs sont des commentaires peu croustillants sur des chefs d’État étrangers en visite au royaume. Les propos de 2007 du chef des services secrets israéliens, Meir Dagan, estimant que le roi handicape la lutte contre le terrorisme, sont loin d’avoir ébranlé les autorités. Et la confirmation du soutien américain au plan d’autonomie pour le Sahara occidental n’a rien appris aux Marocains. La presse a pu largement reprendre les documents, mais sans obtenir de Rabat de réaction officielle – ni officieuse. Reste que consigne sera peut-être donnée aux représentants de l’État de mieux mesurer leurs propos devant les diplomates américains. Même si l’envie d’imputer « l’émergence d’Aqmi aux échecs de l’État algérien » représente assez exactement ce que l’on pense à Rabat, toute vérité n’est pas forcément bonne à être répétée.

Lire les autres articles du dossier

«Afrique : la bombe WikiLeaks»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte