Santé

Nigeria : les violences pourraient retarder l’éradication de la polio, selon Bill Gates

Un enfant vacciné à Djibouti. © DR

Bill Gates craint que les violences contre les campagnes de vaccination, notamment au Nigeria et au Pakistan, n'y retardent l'éradication de la poliomyélite.

L’OMS avait prévu d’éradiquer la poliomyélite en 2005. Aujourd’hui, la fondation Bill et Merinda Gates se donne pour objectif de tirer un trait définitif sur cette maladie en l’espace de six ans, d’ici 2018. Un pari qui paraît réalisable : en 2000, la poliomyélite sévissait encore dans 33 pays dont 23 sur le continent africain. Aujourd’hui, il ne reste que trois pays endémiques : le Pakistan, l’Afghanistan et le Nigeria.

Mais le milliardaire américain s’inquiète du nombre de violences contre les campagnes de vaccination, notamment au Nigeria. En février 2013, par exemple, neuf personnes ont été abattues dans deux cliniques de vaccination à Kano, dans le nord du pays.

 "La vérité est que la vaccination est là pour aider les enfants. Ceux qui répandent des rumeurs et attaquent les vaccinateurs ne sont ni du côté de la justice, ni de celui de la vérité", a expliqué Bill Gates. Déjà en 2004, deux États du nord du Nigeria refusaient de laisser les autorités sanitaires vacciner les enfants. Un boycott engagé par les responsables religieux musulmans de Kano et Zamfara, dont une équipe de scientifiques avait trouvé des agents suspects dans les vaccins examinés l’année précédente. 

Le souvenir de l’affaire Pfizer

Il faut dire qu’en 1996, la société américaine Pfizer avait été accusée d’avoir administré à des enfants un médicament qui n’avait pas été testé, pour combattre une épidémie de méningite dans l’état de Kano. Une dizaine d’enfants étaient morts, et deux cents autres avaient souffert de grave lésions cérébrales les laissant handicapés.

Avec le choléra, la méningite, le paludisme et le sida, la poliomyélite faisait encore partie des cinq maladies encore omniprésentes au Nigeria il y a quelques années. En 2013, 51 cas seulement ont été décelés sur l’ensemble du territoire.

>> Lire aussi Nigeria : les attaques n’empêcheront pas la lutte contre la polio, selon les autorités

Ces vagues de violences visant les équipes médicales touchent également le Pakistan, où d’après le milliardaire américain "la violence est vicieuse. (…) Il se peut que nous prenions un ou deux ans de retard si nous n’arrivons pas à résoudre (ce problème)." Comme en écho à ces déclarations, trois vaccinateurs contre la polio ont été tués mardi à Karachi, la mégalopole du sud du pays.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte