Société

Disparités persistantes

Les inégalités se perpétuent à l’échelle du continent, tant pour l’espérance de vie que pour le revenu par habitant.

Par
Mis à jour le 20 novembre 2008 à 08:34

D’une année à l’autre, les Seychelles se révèlent être le meilleur élève africain du point de vue du développement social. Avec 8 650 dollars, l’archipel affiche le produit intérieur brut par habitant le plus élevé du continent. Il se situe en outre en deuxième position pour le taux de scolarisation et l’espérance de vie. Et au troisième rang pour l’accès à l’électricité. Autant de performances qui contribuent à mettre ce pays de l’océan Indien en pole position de notre classement social. Avec 3,6 points, un autre pays de la région, au profil similaire, le suit de près : Maurice. L’île offre une espérance de vie proche de celle des pays industrialisés (73 ans), et 100 % de ses 1,3 million d’habitants ont accès à l’eau potable, soit le meilleur score d’Afrique. Beaucoup plus nuancés, les résultats de l’Afrique du Sud révèlent de fortes disparités. Première au classement économique, la Nation Arc-en-Ciel décroche dès que l’on évoque les critères sociaux. Ce pays est un gros producteur d’électricité, en partie grâce à sa maîtrise de l’énergie nucléaire, mais l’espérance de vie n’y est que de 51 ans, soit la 24e du classement. Seulement 88 % des Sud-Africains ont accès à l’eau potable, et 77 % sont scolarisés. De nombreux pays économiquement performants affichent d’ailleurs de grands écarts avec leurs paramètres sociaux, soulignant ainsi la mauvaise redistribution de leurs richesses. C’est le cas de la Guinée équatoriale, qui recule de huit points par rapport au précédent classement alors que sa croissance connaît une hausse constante. Seulement 43 % de sa population a accès à l’eau potable et 47 % à l’électricité. C’est aussi le cas de pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal, dont seulement 39 % de la population est scolarisée, mais aussi du Zimbabwe, où l’espérance de vie a chuté à 37 ans. Ce dernier pays perd onze points au classement social. Globalement, les États d’Afrique australe continuent de subir les effets de l’épidémie du sida, qui fait dramatiquement baisser les chances de vivre vieux.

BOTSWANA EN BAISSE

Riche de ses produits miniers et de la proximité de l’Afrique du Sud, le Botswana chute à l’avant-dernière place du classement selon l’espérance de vie, qui n’y atteint que 35 ans. Idem pour le Lesotho et la Zambie. Moins touchés sur ce plan, les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale affichent cependant de sérieux retards en raison de l’absence d’infrastructures dans les domaines éducatifs et sanitaires. D’où leurs piètres résultats. Huit des dix derniers pays au classement social figurent dans cette zone, dont la Guinée-Bissau, le Niger, la République démocratique du Congo, le Tchad et le Rwanda. Malgré des efforts constants du gouvernement pour améliorer ses agrégats et enrayer la pauvreté, le Burkina chute de sept points par rapport à l’an passé. Une mauvaise situation confirmée par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), qui classe le « pays des Hommes intègres » à la dernière position de son classement du développement humain. En revanche, la Côte d’Ivoire (17e au classement) n’a pas décroché : la montée en puissance de l’extraction pétrolière et le maintien de la production cacaoyère lui permettent d’afficher le revenu per capita le plus élevé de l’Afrique de l’Ouest francophone (936 dollars/hab.). Nouveau venu parmi les pays à revenu intermédiaire, le Cap-Vert se situe pour sa part en 11e position.

L’EX-ZAÏRE EN RETARD

En fin de liste, deux grandes puissances régionales et démographiques – l’Éthiopie et la République démocratique du Congo – ne parviennent toujours pas à décoller : 22 % des Éthiopiens ont accès à l’eau potable et 33 % des Congolais vont à l’école. Malgré ses importantes ressources hydrauliques, l’ex-Zaïre n’est qu’au 32e rang pour la production d’électricité, derrière la Gambie. Inversement, les pays du Maghreb confirment leur avancée. Troisième du classement social, la Tunisie réalise de bons scores : 93 % des Tunisiens ont accès à l’eau potable et, si le pays n’a pas de ressources en hydrocarbures, d’autres rentes, comme le tourisme, lui permettent de se maintenir parmi les pays les plus performants.Peuplée de 75 millions d’habitants, l’Égypte demeure vigoureuse et progresse de trois points. 76 % des Égyptiens vont ou ont été à l’école, et leur espérance de vie atteint 71 ans. Dopé par le secteur touristique et l’industrie, le PIB par habitant grimpe et le taux d’accès à l’eau potable est de 98 %. Autre pays d’Afrique du Nord en tête de peloton, la Libye, 4e au classement, bénéficie de la politique socialiste prônée depuis des années : taux de scolarisation de 94 % et espérance de vie de 74 ans. La Jamahiriya est aussi le deuxième producteur d’électricité du continent, derrière l’Afrique du Sud.